Shovel Knight – Nintendo 3DS

Par Battosai14
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Aujourd’hui nous allons nous intéresser au monde du jeu vidéo indépendant en vous présentant un jeu « néo-rétro » : Shovel Knight !
Et avant d’aller plus loin il est important de préciser que la version utilisée pour ce test est la version Nintendo 3DS, le jeu étant sorti sur quasiment tous les supports du moment.
 

 
Alors, avant tout qu’est-ce qu’un jeu « néo-rétro » ? On pourrait résumer ce barbarisme en quelques mots : il s’agit surtout d’un jeu développé avec les technologies d’aujourd’hui, mais reprenant l’esthétique et/ou le gameplay épuré d’un jeu du siècle dernier afin de tirer sur la corde sensible de la nostalgie qui sommeille en nous.

Et c’est clairement ce que nous a présenté Yatch Club Games, petit studio indépendant regroupant d’anciens salariés de chez WayForward (vous savez, le petit studio qui a bossé sur de petites productions comme ShantaeContra 4Duck Tales RemasteredDouble Dragon Neon etc.) lorsqu’ils nous ont proposé leur projet de Kickstarter le 15 mars 2013.
 

 
Quelques exemples de jeux réalisés par l’équipe

 
Un mélange de nouveau fait avec de l’ancien qui devait nous rappeler les jeux de notre enfance comme Castlevania ou Megaman, tel était le mot d’ordre avec des captures d’écrans sur lesquelles on pouvait voir un vrai travail de recherche dans les décors ou les protagonistes, on nous promettait une quête immense aux commandes du Shovel Knight avec des mécaniques de jeu originales !

Et apparemment il faut croire que ces promesses étaient suffisamment alléchantes pour les dinosaures que nous sommes puisque quinze jours plus tard, soit le 30 mars 2013, l’objectif des 75 000$ de départ pour la campagne était atteint et nous pouvons clairement dire que cette campagne fut un succès puisqu’avec les quinze jours de soutien restants l’équipe de développement aura récolté plus de quatre fois la somme initiale requise et c’est donc avec un montant final de 311 500$ que le projet fut financé le 14 avril 2013.
 



14 750 contributeurs et plus de 311 500 $ de récoltés !

 
Après un an de développement le jeu arrive sur PC le 26 juin 2014, ainsi que sur WiiU et N3DS pour le nord des États-Unis, puis le 6 novembre 2014 le soft débarque en Europe et en Australie, et enfin le 30 juin 2016 ce fut au tour du Japon de voir débarquer ce preux chevalier et sa pelle.

Le Kickstarter ayant eu le succès que vous connaissez maintenant, le studio a bien évidemment pris la décision de porter son soft sur d’autres supports : Mac OSPS3PS4PsVitaXboxOne et même Nintendo Switch (si si, ils ont réussi à porter le jeu dessus sans perte de framerate c’est fou !   ).

Une petite anecdote concernant le développement du jeu et notamment ses premières alphas : il faut savoir que Shovel Knight a été développé dans l’optique d’être une référence en matière de speedrun et que donc pour avoir une expérience optimale, la communauté speedrun a été mise à contribution sur ce jeu et certains speedrunners sont même cités dans les crédits comme Taiwanninja ou Muchakoopas.
 


Le jeu a été porté sur quasiment tous les supports.

 
L’aventure s’ouvre sur une introduction très bien illustrée, celle-ci nous conte l’histoire d’aventuriers de légende et notamment celle de Shovel Knight et de sa partenaire Shield Knight ! Malheureusement leur histoire est de courte durée : durant leur périple dans la Tour du Destin une ancienne amulette maudite déchaîna sa magie sur nos deux héros qui perdirent connaissance. À son réveil, Shovel Knight prit conscience que la Tour était scellée et surtout que Shield Knight avait disparu.

Le cœur brisé, notre héros tenta d’oublier son chagrin en sombrant, non pas dans l’alcool, mais dans une vie de solitude loin de tout.

Le pays n’ayant plus de champions pour se défendre celui-ci tomba entre les mains d’une puissante force maléfique : l’enchanteresse et son Ordre des Sans Quartier. La Tour du Destin n’étant plus scellée, notre valeureux chevalier décide dans un dernier élan d’espoir de reprendre les armes pour défaire la bande de scélérats.

Voici les grandes lignes de l’épopée qui vous attend aux commandes de notre valeureux chevalier à la pelle. Ce scénario s’inscrit parfaitement dans la lignée des titres des années 80/90 avec une narration classique, mais avec une pointe de modernité en même temps. Ajoutons quelques petits rebondissements et nous obtenons un scénario volontairement classique et néanmoins original sur certains points et qui apporte un résultat final vraiment très agréable.
 

 
Petites images de la mise en scène de l’introduction

 
Passons à la réalisation, Sean Velasco directeur et concepteur de Shovel Knight nous raconte lors d’une interview que lorsque l’équipe travaillait pour WayForward ils réalisaient beaucoup de jeux de plates-formes à défilement horizontal et qu’étant donné que ce genre était devenu leur genre de prédilection, ils se sont tournés instinctivement vers ce genre pour Shovel Knight.

Visuellement le soft de Yacht Club Games est vraiment très beau, malgré un style « 8-bits » très limité, le studio nous offre un rendu des plus plaisants que ce soit dans les décors très fournis en détails, couleurs, avec ses nombreux parallaxes, dans les sprites des nombreux personnages et ennemis recherchés et très travaillés, mais aussi et surtout, dans leurs animations ! Car oui il est aussi très important de souligner le travail fait sur les assets du héros et des nombreux autres personnages que l’on rencontrera au cours de l’aventure donnant un véritable cachet à ce jeu.
 

 
Les sprites tout comme les décors sont très travaillés.

 
Comme dans une production 8-bits à l’ancienne vous retrouverez tous les thèmes récurrents d’un jeu de plates-formes en fonction du boss choisi, comme le niveau de la glace, du feu etc. Mais surtout force est de constater que ce soft est un véritable hommage aux jeux NES 8-bits, bourré de clins d’œil disséminés un peu partout durant votre périple. Exemple flagrant, la carte du monde, hommage indéniable à Super Mario Bros.3, encore plus lorsque des ennemis errants apparaissent dessus rappelant évidemment les Frères Marteaux de Super Mario Bros.3. Autre exemple, « La Tour de l’Horloge« , qui  par son nom et son décor de fond peut nous faire penser à Castlevania, mais par ses tapis roulant et autres roues dentées se déplaçant sur votre chemin vous rappellera sûrement un certain niveau de Mega Man 2 !

Sur ce point il n’y a pas grand-chose à dire, l’équipe de développement a vraiment bien travaillé pour nous donner l’ambiance graphique tel qu’elle devait être et plus encore. Même le bestiaire est au final plutôt conséquent si on voulait le comparer à celui d’une production de l’époque.
 

 
Des décors très réussis dans leur réalisations.

 
Autre petit point que l’on pourrait agréablement souligner en terme d’ambiance graphique et de réalisation à l’ancienne : il s’agit simplement du packaging du jeu, car si aujourd’hui la tendance est rendue au « strict minimum » (plus de notice et code de téléchargement dans la boite pour les plus vils des escrocs…) chez Yacht Club Games, on veut faire plaisir aux joueurs et c’est pour ça qu’à l’intérieur de la boite on retrouve une notice de 46 pages en couleurs, très grassement illustrée de la plus belle des manières, mais surtout, maquettée telle une notice des années 80/90 du plus bel effet ! C’est vraiment un réel plaisir de voir à quel point l’équipe de Sean Velasco a le souci du détail !
 


Photos du livret livré avec le jeu !

 
Maintenant intéressons-nous au point qui est sûrement le plus important lorsque l’on aborde un jeu « néo-rétro« , le gameplay.

Le plus important, car là où l’aspect graphique et la réalisation peuvent être minimalistes pour certains jeux, seules la profondeur et l’originalité du gameplay feront qu’un joueur appréciera le temps passé sur le soft et empêchera celui-ci de sombrer dans l’abîme de la médiocrité.

Alors qu’en est-il de Shovel Knight, ses développeurs ont-ils tout donné graphiquement et délaissé la partie gameplay ? Nous ont-ils pondu une mécanique de jeu incroyable et originale ?

Hé bien force est de constater que, NON et NON. Clairement, après un premier niveau tutoriel au level-design très bien pensé, qui vous laisse découvrir parfaitement les possibilités du chevalier et de son épelle en fonction de son environnement, il parait alors évident que le gameplay est réactif, intuitif et surtout maîtrisé ! Alors non, le gameplay n’est pas vraiment « original », mais il reprend les fondamentaux des jeux de plates-formes de l’époque avec brio tout en y apportant une touche personnelle et moderne.

Nous retrouverons donc des idées de mécaniques connues comme l’attaque « Plante-Pelle« , que l’on peut clairement associer au « Saut Pogo » de l’oncle Picsou dans Duck Tales, très efficace pour fracasser le crâne de ses ennemis ou creuser dans certains blocs rocheux.
 

 
Le « Saut Pogo » ici appelé « L’attaque Plante-Pelle » !

 
Shovel Knight peut bien évidemment sauter, courir, monter des échelles ou frapper ses ennemis à coup d’épelle, mais celle-ci peut aussi vous être utile pour creuser certains monticules de terre (contenant quelques richesses et bonus) ou encore creuser dans les murs à la recherche de secrets ou pièces secrètes à la manière d’un Castlevania.

Notre héros pourra aussi utiliser des reliques, qui lui permettront de passer certains passages difficiles comme un Collier de Phasage, une Canne à Pêche, une Baguette Ardente etc. Toutes ces reliques sont stockées dans l’écran du bas et sélectionnables d’un simple coup de stylet.

Ici pas de checkpoint comme dans un bon vieux jeu rétro, mais un système de « Point de Sauvegarde » qui s’allume lorsque vous passez devant, si vous perdez, vous revenez à ce point de sauvegarde. Rien de nouveau, sauf qu’ici lorsque vous mourrez vous perdez une bonne partie de votre butin qu’il vous faudra récupérer sur le chemin. Sachez aussi que ces points de sauvegarde sont destructiblessi vous le souhaitez vous pouvez saccager cet objet et récolter l’énorme butin qui en sortira. Malheureusement il sera définitivement détruit et donc inutilisable, à vous de peser le pour et le contre.

Sans oublier les fidèles niveaux qui utilisent les systèmes de physiques bien connus des joueurs chevronnés, de l’eau et du vent ainsi que des pics qui vous empalent et vous tuent en un seul coup pour des level-design qui vous feront transpirer des mains.

  
Le système de checkpoint plutôt intéressant !

Donc, et hormis quelques modernités comme l’utilisation de l’écran tactile ou la possibilité de détruire les points de sauvegarde qu’apporte le soft de Yacht Club Games en terme de gameplay ? Hé bien comme cité plus haut, il n’apporte rien de vraiment nouveau, les mécaniques existaient déjà, mais ils ont su y apporter une chose : la MAÎTRISE !
Car oui dans Shovel Knight le gameplay est totalement maîtrisé, nous vous en parlions plus tôt dans ce test, lors des alphas du jeu des experts du speedruns ont pu s’en donner à cœur joie et mettre des commentaires sur leurs parties, chose qui ne serait jamais arrivée trente ans auparavant ! Il en résulte un jeu au level-design très agréable, qui peut paraître très difficile sur certains passages, mais qui donnent naissance à des séquences réalisables en « pixel perfect » de toute beauté.

Alors oui, il est vrai qu’il subsiste quelques légers petits défauts en fonction de certaines versions, n’oublions pas qu’ici c’est la version Nintendo 3DS qui a été retournée pour le 100%.

Hé bien, il s’avère qu’il reste sur cette version quelques très légers soucis, notamment de hitbox, on pensera à la hitbox d’un certain type d’ennemi un peu frustrant à toucher ou celle du héros qui permet à un ennemi de vous toucher en frôlant le bout de la corne du casque (petite dédicace aux joueurs morts de nombreuses fois, en frôlant le haut de la corne de leurs casques face aux pièges du plafond qui descend…), ou encore quelques inputs un peu récalcitrants, mais clairement ces tout petits désagréments n’interviennent que dans de rares moments du jeu et ce malgré une aventure très complète. Nous pouvons donc incontestablement dire que ce jeu possède des mécaniques de jeu rétro des plus percutantes et qu’ici aussi la qualité est bien au rendez-vous.
 

 
Quelques exemples de gameplay, on vous laisse la surprise du reste !

 
Passons maintenant à la partie durée de vie et rejouabilité, en effet avec un budget de 311 000$ nous sommes en droit de penser qu’un jeu de ce type posséderait un contenu gargantuesque ainsi qu’une rejouabilité quasi infinie.

Hé bien… non et oui. Shovel Knight est un jeu de plates-formes possédant un hub central qui vous emmènera vers les niveaux dédiés aux membres de l’Ordre des Sans Quartier que l’on peut facilement relier au hub de Mega Man. Du coup en ce qui concerne les niveaux principaux ils sont au nombre de douze, avec une difficulté croissante vers les derniers niveaux.
 

 
La carte de votre périple !

 
Douze niveaux principaux cela peut paraître un peu léger, mais à cela il faut rajouter tout le contenu « optionnel » comme les deux villages vous permettant d’acquérir diverses armes, équipements, augmentation de statut et même de nouvelles reliques, les stages bonus vous permettant de gagner beaucoup de trésors à dépenser durant vos pèlerinages dans les villages, ou encore les ennemis errants qui apparaissent sur la carte à certains moments du jeu.

Cela vous parait encore faible comme contenu ? Tentez donc découvrir tous les secrets du jeu et de venir à bout des 45 « exploits » qu’il propose pour débloquer le 100% !

De plus le jeu possède un mode NEW GAME + identique au mode normal sauf que les ennemis vous causeront deux fois plus de dégâts et que la moitié des points de sauvegarde aura été supprimée.
 


La liste des exploits de Shovel Knight est assez conséquente.

 
Tenez, attardons-nous sur l’un de ces succès, celui qui porte le simple nom de « VITE ! » et qui vous demande de finir le jeu en moins d’une heure et demie, sachez que lors de votre premier rendez-vous avec Shovel Knight il vous faudra sûrement une petite dizaine d’heures de jeu pour le finir une première fois.

Du coup cet exploit vous met au défi de réussir une véritable performance de speedrunner pour le débloquer et le fait est, qu’une fois la première partie et le New Game + terminés vous vous rendez vite compte qu’encore une fois le jeu propose un gameplay millimétré et que votre courbe de progression augmente très rapidement.

De ce fait il ne vous restera plus qu’à découvrir quelques astuces de speedrunner comme la manipulation d’ennemis ou l’utilisation de divers décors pour sauter une partie du niveau et gagner de précieuses secondes pour tenter de faire tomber ce succès.
 

 
Manipuler les objets ou les ennemis pour passer certains passages du jeu est primordial pour un speedrunner !

 
Et si jamais la folie du speedrun vous envahit au bout de quelques parties sachez que le record est mis à jour régulièrement et est affiché à la fin du générique. D’ailleurs pour information, au moment où nous écrivons ces lignes le record est détenu par SMAUGY avec un temps de 00:42:51.
 


Record en octobre 2015.

Sans être perturbant, il est tout de même important de noter que la version Nintendo 3DS possède un léger petit handicap vis-à-vis de ses frères pour le speedrun, en effet après quelques sessions de jeu vous remarquerez sûrement que notre preux chevalier possède à la base un saut à trois niveaux (bas, moyen, haut), hé bien dans cette version notre héros ne possède que deux niveaux de saut (haut et bas), ce qui générera une difficulté supplémentaire à certains passages pour ceux souhaitant pratiquer le speedrun sur la portable de Nintendo.

Et si nous vous disions que malgré leurs sorties plus tardives, les versions Playstation et Xbox sont tronquées d’une partie du contenu disponibles sur les versions WiiU et Nintendo 3DS ? En effet ces deux versions possèdent un argument de poids : L’amiibo Shovel Knight !

Bien que cela puisse paraître ridicule voyons ce qu’apporte en plus ce petit objet : tout d’abord sachez que votre amiibo vous permettra de débloquer un mode exclusif à la version WiiUil s’agit du Mode Coopératif, qui vous donnera la possibilité de faire ou refaire entièrement l’aventure avec un ami. Ce mode coopératif vous permettra aussi d’accéder à dix nouveaux challenges, réalisables uniquement en coopération et donc exclusifs eux aussi à la version WiiU.

Les bonus suivants sont disponibles dans les deux versions (WiiU et N3DS) (et plus récemment sur Switch) :

– Pendant la partie, en scannant votre amiibo vous aurez la possibilité d’activer le « CUSTOM KNIGHT ». Cette fonctionnalité vous permet de customiser votre chevalier (couleur d’armure, apparence, gestuelle, etc.) et surtout vous donne la possibilité de faire gagner de l’expérience à votre héros pour le faire monter jusqu’au niveau 50 et ainsi lui faire débloquer de nouveaux pouvoirs et de nouvelles reliques !

Attention, si vous activez le mode Custom Knight durant la partie, vous bloquerez la possibilité de valider de nouveaux exploits.

– Sans oublier Madame Mibeau, une PNJ disponible dans le premier village, qui vous proposera de transformer votre amiibo en compagnon féerique pour vous aider durant votre périple.

Voilà donc les éléments disponibles dans les versions de Nintendo.

 
 
Mode coopératif et personnalisation déblocables avec votre amiibo !

 
Mais ne soyons pas mauvaises langues, car les versions Playstation et Xbox ont leur petits bonus elles aussi !
Sur Xbox et PC il vous sera possible de vous retrouvez nez-à-nez avec l’équipe des Battletoads !
Qui, après une courte discussion vous proposera un combat en trois parties. Ce boss est optionnel et vous permettra de gagner une nouvelle armure la « Toad Gear » !
 

  
Battletoads s’invite dans Shovel Knight sur Xbox !

 
Sur les versions Playstationnous avons aussi droit à une grande célébrité comme boss optionnel : Kratos ! Après avoir trouvé un artefact caché dans le Hall des Champions celui-ci apparaît comme ennemi errant sur la carte. Après une courte discussion vous entamerez un combat. Une fois vaincu Kratos vous remettra une pelle qu’il vous faudra ramener au forgeron. Celui-ci vous la transformera en armure appelée « Armure du Chaos » ! Cette armure vous permettra de faire des enchaînements de coups d’épelle enflammée de toute beauté !

  
Sur vos versions Playstation affrontez Kratos pour remporter l’Armure du Chaos !

Tout ceci vous parait encore un peu faible pour un jeu avec un tel budget ?
Qu’à cela ne tienne, comme il était prévu dans le contrat du KickstarterSean Velasco et son équipe nous ont préparé quelques surprises supplémentaires, notamment l’arrivée d’un premier DLC totalement gratuit en septembre 2015. Dans ce supplément intitulé Plague of Shadows, l’aventure est quasiment identique, mais vous contrôlerez Plague Knight l’alchimiste fou et avec lui son gameplay radicalement différent ! Associé au New Game + ainsi qu’aux 25 nouveaux exploits, vous vous retrouverez devant un jeu presque nouveau !
 

 
Plague Knight nouvelle histoire et nouveau gameplay ! 

 
Comme si cela ne suffisait pas, en mars 2017 un second DLC lui aussi gratuit débarque dans votre jeu, il s’agit du chapitre Specter of Tormentdans lequel vous incarnerez Specter Knight dans une préquelle au ton plus sombre que les précédentes aventures. Ici aussi le New Game + et 25 nouveaux exploits sont au rendez-vous.
 

 
Specter Knight, plus sombre que ses prédécesseurs…

 
Enfin, pour le 9 avril prochain, Yatch Club Games, nous propose un troisième DLC gratuit contenant cette fois-ci deux bonus supplémentaires. Le premier, King of Cards est un nouveau chapitre du jeu dans lequel vous incarnerez King Knight avec des mécaniques de jeu qui lui sont propres et bien évidemment son New Game + ainsi que ses exploits à débloquer.

 
King Knight prévu pour le 9 avril 2019 !

 
Le second bonus est un nouveau mode de jeu appeler Shovel Knight Showdown et celui-ci s’apparente à une arène de combat jouable jusqu’à quatre joueurs en simultané comparable tout simplement à un Smash Bros ou un Brawlhalla. Un mode qui risque de briser quelques amitiés en fait.

À noter que ce second bonus ne sera pas disponible sur Nintendo 3DS et Playstation Vita.
 

 
Shovel knight Showdown le nouveau mode de jeu disponible le 9 avril 2019 !

 
Voilà donc quasiment cinq ans que l’équipe de Yatch Club Games travaille sur des DLC gratuits afin de nous offrir régulièrement un nouvel intérêt pour leur jeu. De plus, pour ceux cherchant la complétion ou le challenge, le jeu propose vraiment un contenu important qui vous tiendra en haleine un bon moment. Et enfin les plus téméraires pourront s’adonner aux joies du speedrun sur ce jeu encore très porté par sa communauté.

Terminons ce tour d’horizon avec la bande-son et la bande originale du jeu. D’abord, nous passerons rapidement sur la bande-son, celle-ci étant bien évidemment de très bonne qualité avec tous ces petits bruitages 8-bits pour nous attarder sur la bande-originale.

Composée par l’immense Jake Kaufman à qui l’on doit les musiques de jeux tel que Q*bert sur GameBoy ColorContra 4 sur Nintendo DSDouble Dragon NeonDuck Tales Remastered ou encore la série des Shantaeson travail est absolument remarquable et les musiques vous resteront en tête un bon moment. D’ailleurs c’est simple des pistes comme « Thème Principal / Main Theme » ou encore « Foulez la terre ! / Strike the earth! » sont déjà devenues des titres incontournables.

Bien évidemment les autres compositions de ce jeu sont excellentes et les ambiances associées aux différents thèmes des niveaux sont très bien choisies ! Donc sur ce point aussi nous pouvons dire que le contrat est rempli.

En conclusion de ce test que dire de Shovel Knight si ce n’est que ce jeu est une véritable pépite que tout possesseur de PC, WiiUNintendo 3DSPlaystation 4Playstasion VitaXboxOne ou Switch se doit de posséder ! Sean Velasco et son équipe nous ont concocté un jeu de plates-formes très beau graphiquement, très riche en contenu qu’ils continuent d’alimenter régulièrement et avec un gameplay réglé comme une horloge. Les compositions de Jake Kaufman sont vraiment excellentes et pertinentes dans l’ambiance du jeu.

Ce projet Kickstarter est donc une grande réussite que ce soit pour sa campagne que pour le produit final livré et ce avec un budget plutôt modeste.

Les points forts :
– Le style 8-bits graphiquement très beau et propre
– La mise en scène travaillée pour ce style de jeu
– Une magnifique notice dans la boite du jeu
– Les mécaniques de gameplay apportés par l’épelle
– Amélioré son personnage avec des points de vie supplémentaires, de nouvelles techniques ou de l’équipement
– Un challenge pour le 100% et le New Game +
– Sa mécanique millimétrée pour le speedrun
– Le contenu régulièrement alimenté
– Un vrai contenu exclusif avec l’amiibo Shovel Knight
– Les musiques de Jake Kaufman

Les points faibles :
– Quelques petits soucis de hitbox et d’inputs dans la version N3DS

[EDIT] : Apparemment depuis le 11 janvier 2017 il serait possible via une mise à jour d’avoir accès au mode coopératif exclusif à la WiiU (mais pas les défis coop.) sur toutes les autres plates-formes sauf la Nintendo 3DS et la Playstation Vita.

Note finale du testeur : 18/20

Remerciements à Yacine Djebili « Yace » pour la correction de ce test.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s