Dragon Ball Fusions – Nintendo 3DS

Par Battosai14
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Aujourd’hui nous allons nous attarder sur un épisode d’une série phare dans la pop-culture actuelle, Dragon Ball Fusions sur Nintendo 3DS.
 

Vous connaissez sûrement Dragon Ball, série emblématique du magazine hebdomadaire Weekly Shonen Jump dont le premier chapitre est sorti le 20 novembre 1984 au Japon et réalisée par l’auteur de manga Akira Toriyama, célèbre à l’époque pour sa précédente série Dr Slump.

 
Exemples de couvertures du Weekly Shonen Jump Magazine

 

Dragon Ball a connu une popularité fulgurante aussi bien au Japon que dans les pays occidentaux, si bien que la série continue d’exister à travers de nouvelles saisons, de nouveaux mangas et bien évidemment de nouveaux produits dérivés tels que les jeux vidéo. Cette popularité foudroyante à bien évidemment permis à l’auteur d’obtenir d’autres propositions afin de travailler dans d’autres domaines d’activités que le manga tel que le jeu vidéo, et c’est pour cela que des studios tels Enix ou Square Soft on fait appel à ses services en tant que Chara Designer pour leurs projets. C’est ainsi que certains jeux ou licences sont aujourd’hui encore cultes comme la série Dragon Quest de chez Enix ou Chrono Trigger de chez Square Soft.


Dragon Quest II et III, Chrono Trigger, des exemples parfait du travail d’Akira Toriyama

 

La série Dragon Ball s’est déclinée en un nombre assez spectaculaire de jeux, dont une bonne partie restée localisée uniquement au Japon. Dans ces jeux on retrouve surtout trois genres bien distincts, les jeux de VS Fighting (baston quoi), les J-RPG (suivant la trame scénaristique de l’histoire originale pour la plupart) et des jeux de cartes (avec un système de deck un peu à la façon d’un Yu-Gi-Oh).

       
Surement l’un des manga les plus représenté en jeu vidéo ! 

 

Dans cet article nous allons donc parler de l’épisode Nintendo 3DSDragon Ball Fusions développé par le studio Ganbarion, un studio qui travaille régulièrement sur des grosses licences manga telles One Piece et l’incroyable jeu de baston Jump Ultimate Stars (que nous avions déjà testé ICI), mais qui a surtout développé le célèbre A-RPG sur Wii Pandora’s Tower.
Le jeu a été édité par Bandai Namco pour une sortie le 4 août 2016 au Japon, le 22 novembre 2016 aux US et le 17 février 2017 en Europe.


Jaquette japonaise et américaine

 

Pour son scénario, l’équipe de Ganbarion a respecté l’univers de la série sans trop faire de débordement, les deux protagonistes de l’histoire invoquent Shenron le dragon sacré et lui demandent de mettre en place un tournoi regroupant tous les plus grands guerriers de l’univers et de tous les temps afin de déterminer qui est le plus grand des combattants.
Shenron s’exécute et de ce fait, créé de multiples failles temporelles pour l’occasion afin que ces guerriers venus de contrées et d’époques différentes puissent se battre entre eux.
Mais c’était sans compter sur l’humour ravageur de ce fieffé dragon qui décide que les combats devront se faire par équipe de cinq membres.
Les deux protagonistes décident donc de se séparer afin de réunir la plus forte des équipes et de se retrouver en finale du championnat pour un duel au sommet.

       
Le pitch de l’histoire en quelques screens. 

 

De là débute votre aventure qui n’est comme à l’accoutumée qu’un énorme prétexte pour un gigantesque pugilat. Malgré tout, l’histoire s’avère être suffisamment bien construite pour pouvoir passer pour un arc officiel de la série, d’ailleurs au vu des protagonistes présents elle pourrait largement se placer après l’arc « Trunks du futur » c’est-à-dire à la place de l’arc « Survie de l’Univers » qui n’est, lui aussi qu’un simple prétexte à une énorme Battle Royale puisque telle est la mode du moment.
Par contre, certains fans de la série originelle risquent d’être déçus, car Ganbarion a fait le choix d’intégrer toute la partie Dragon Ball GT à ce jeu, vous y retrouverez et incarnerez donc quelques-uns de ses protagonistes.

 
Vous aimez Dragon Ball GT ? Vous allez être ravi !

 

Le soft possède une patte graphique très colorée fidèle aux animés et un aspect semi Super Deformed (SD) assumé et plutôt bien fait. Le jeu propose plus de 250 personnages de cinq races différentes appartenant toutes à la série et l’on reconnaît « l’inspiration et la touche Akira Toriyama » pour chacun d’entre eux. Plus d’une centaine de coups sont disponibles et leurs animations ainsi que leurs rendus sont très réussis, d’ailleurs une très grande partie de ces attaques sont vues dans les différents animés/OAV et rappelleront sûrement de nombreux souvenirs à ceux qui se laisseront tenter par l’aventure.
Votre périple se déroulera dans des environnements plutôt petits mais qui reproduisent avec fidélité les plus grands moments de la série.
D’ailleurs niveau mise en scène le jeu se permet quelques petites surprises des plus agréables avec un générique plutôt soigné et quelques cut-scènes qui accompagneront votre aventure.
Concernant les dialogues vous retrouverez les éternelles phases avec les portraits des protagonistes apparaissant l’un après l’autre au-dessus d’une boite de dialogue, boite qui se révèle être plutôt atroce en français par la longueur des textes entraînant comme défaut majeur que ces dialogues se voient être littéralement « compressés » à l’écran ce qui nuit grandement à la lecture. La traduction, elle, est de très bonne facture, il demeure néanmoins quelques erreurs de traduction n’entachant pas l’histoire mais pouvant bloquer certaines actions.

 
 
Quelques exemples de décors et de charac design in-game

 

Seul véritable point noir au tableau, la censure que l’on retrouve dans les versions US et Européenne.
En effet de base les personnages du jeu ne subissent aucun changement physique durant les combats, pas de sang ni de vêtements déchirés, sûrement pour pouvoir toucher une cible plus large soit, mais là où cela devient vraiment gênant c’est durant l’utilisation de techniques nécessitant une arme blanche (notamment une épée). Tous les fans vous le diront, rien n’est plus cool que de lancer une attaque à l’épée avec comme personnage Trunks du futur, mais que se passe-t-il lorsque l’on change l’épée de Trunks avec un vulgaire bout de bois ? Une attaque ridicule, rien d’autre. Hé bien sachez que toutes les attaques comprenant une épée ont été censurées et changées par des bouts de bois, ce qui rend l’utilisation de ces attaques totalement dénuées d’intérêt.



Un peu de censure ça n’a jamais fait mal à personne…. 

 

Intéressons-nous maintenant à la partie que vous attendez tous, le gameplay.
Dragon Ball Fusions est un J-RPG classique avec quelques petites subtilités dans son gameplay qui le rend pour le moins original. Tout d’abord, il vous sera demandé en début d’aventure de vous créer un avatar façon Dragon Ball Xenoverse, vous aurez le choix entre cinq races (Terrien, Saiyen, Namek, Étrangers et Extra-terrestre). Chacune de ces races a bien évidemment ses propres caractéristiques, les Saiyens étant lents et puissants défensivement, les Terriens, avec des statistiques équilibrées, les Namek, bons en soutien grâce à leur pouvoir de régénération, les Étrangers, très rapides et forts en Kikoha et les Extra-terrestres lents mais forts au corps à corps.
Puis le jeu laissera libre cours à votre imagination afin de vous créer votre avatar avec une quantité très honnête d’éléments différents.

 
La création du personnage passage obligatoire avant de commencé à jouer.

 

Par la suite il vous sera demandé de choisir parmi trois styles de combats qui sont : Rapidité, Technique et Puissance, à vous de faire votre choix tout en prenant en compte le système de synergie entre ces trois styles. Ici nous pouvons mettre en lien la ressemblance avec Fire Emblem par exemple, chacun de ces trois styles étant la force et la faiblesse d’un autre style. La Puissance sera donc plus forte face à la Technique, la Technique sera plus force face à la Rapidité et la Rapidité plus forte face à la Puissance, un élément de gameplay que vous devrez prendre en compte durant vos combats pour des performances optimum.


La roue des styles, élement de gameplay indispensable.

 

Le jeu se déroule ainsi, le joueur doit explorer librement différents étages d’une taille plutôt modeste en volant (et uniquement en volant) et en réalisant certaines quêtes qui feront avancer le scénario. Ces quêtes n’ont pour but, pour la plupart, que de rechercher certains personnages ou d’en combattre d’autres.
Ces quêtes et combats n’ont pour objectif final que l’obtention d’énergie de couleur (rouge, bleue, violette, jaune ou verte) vous permettant de débloquer la suite de l’histoire ou de changer d’étage principalement.

 
Les quêtes du mode histoire n’ont rien de bien difficile. 

 

C’est sur l’un de ces points que notre attention va se porter, les combats, en effet comme dans tout bon shonen manga qui se respecte et notamment Dragon Ball, ce que souhaite voir le fan c’est du combat !
Rappelez-vous ici nous ne sommes pas dans un habituel jeu de baston, mais dans un J-RPGComprenez donc, un jeu de rôle aux combats au tour par tour, avec une ligne de temps sur laquelle défilent vos personnages ainsi que vos ennemis à différentes vitesses qui définissent à chacun son temps d’action.
Ainsi comme cité plus haut les Saiyens auront un défilement plus lents que les Étrangers sur cette ligne de temps, mais seront plus forts en défense.
Lors de son tour d’action le joueur aura plusieurs possibilités d’action :
– les coups au corps à corps vous permettant, si réussis, de faire reculer légèrement votre adversaire sur la ligne de temps, mais surtout de récupérer des orbes de ki,
– les kikoha vous permettant de faire reculer de manière significative vos adversaires sur la ligne de temps et peut-être même d’en toucher plusieurs à la fois, mais ici vous ne remporterez pas d’orbe de ki,
– les coups spéciaux, l’un des mécanismes de gameplay les plus importants du jeu. En effet à chaque début de tour votre personnage accumule des orbes de ki, ces orbes peuvent être utilisées pour exécuter une attaque spéciale. Cette attaque peut avoir trois propriétés, attaque au corps à corps, un kikoha ou encore une attaque de soutien. La dernière propriété sert à donner des bonus d’état à son équipe, à régénérer ses coéquipiers ou infliger des malus aux adversaires. Les deux autres servent avant tout à infliger de très lourds dégâts à l’adversaire tout en essayant de l’envoyer hors du ring !

  
Les combats s’articulent autours d’un système de « Timeline » et de Coups Spéciaux

 

Car oui vous pouvez envoyer vos adversaires hors du ring, il est même conseillé de le faire si vous souhaitez avoir un certain avantage, puisque faire sortir un ennemi de la zone de combat vous permet de faire retomber sa ligne de temps à zéro. Les arènes sont de tailles et de formes différentes (rondes, carrées, rectangulaires) et comprenant différentes ouvertures (fermées, partiellement ouvertes, ouvertes). Envoyer votre adversaire dans le décor le fera, suivant la force de votre attaque, soit rebondir contre un mur, soit passer au travers ce qui impliquera une sortie et donc une remise à zéro de la ligne de temps. Dans les deux cas cela entraînera aussi des dégâts sur la santé de votre adversaire.

   
Les rings sont de tailles et d’ouvertures différentes afin de mieux éjécter son adversaire.

 

Le point le plus original de ce jeu est sans doute son système d’attaque et de garde, lorsque vous attaquez ou que vous êtes attaqué par un adversaire, un cercle de huit directions s’affiche quelques secondes, à vous de deviner le plus rapidement possible l’emplacement où attaquer ou défendre afin d’infliger le plus de dégâts possible à votre adversaire, ou à l’inverse vous mettre en garde et parer cette attaque.

 
Vous devrez trouver la faille dans l’attaque ou la défense de votre adversaire.

 

Une fois votre ennemi touché celui-ci va alors se retrouver projeter dans l’arène de combat en fonction de la direction choisie, c’est ici que le jeu prend tout son fun car si vous calculez bien votre coup et avec suffisamment de puissance, l’ennemi va se retrouver projeté contre un autre personnage ! Si celui-ci est allié, il donnera une frappe supplémentaire qui fera valdinguer votre ennemi dans une nouvelle direction entraînant encore une fois une nouvelle raclée s’il rencontre un autre allié, ou bien une sortie si le personnage se retrouve hors du ring. Si le protagoniste rencontré est un autre ennemi, les deux se cogneront l’un contre l’autre et seront ainsi projetés sur des alliés, des ennemis ou hors du ring et ainsi de suite jusqu’à ce que l’élan soit stoppé entraînant durant les combats, des combos et des situations plutôt hilarantes. Ce procédé de projections rappelle un peu la physique d’un jeu de bille ou de flipper tout en étant très fun à jouer.


Choisisez bien votre angle d’attaque, lotre équipe s’occupera du reste !

 

Un peu plus tard dans le jeu vous pourrez utiliser l’option principale qui a donné naissance au titre de ce soft, les célèbres Fusions ! En effet cette partie du gameplay est l’un des éléments les plus fun du jeu, vous permettant de fusionner à loisir divers personnages sous condition de finaliser certains objectifs demandés. Bien évidemment toutes les fusions possibles et inimaginables ne sont pas réalisables, mais il vous sera possible d’entreprendre plus de sept cents possibilités et ainsi débloquer si l’envie vous prenait les mille personnages cachés dans le jeu. L’occasion pour vous de découvrir ou redécouvrir les fusions visibles dans les divers animés ainsi que certaines que vous avez toujours rêvé de voir…


 
Avec Dragon Ball Fusions, tous vos rêves sont permis

 

Toujours dans le registre des fusions, les développeurs ont tenté d’innover en nous proposant un élément jusqu’ici totalement inédit, une nouvelle forme de fusion, la fusion ultime avec cinq protagonistes ! Bien que cela puisse paraître totalement fou, elle s’intègre pourtant très bien dans le jeu notamment grâce à une nouvelle « danse de la fusion », vous permettant alors d’avoir recours à un guerrier ultime durant quelques instants. Ce laps de temps est défini en fonction du taux de remplissage de votre barre de « Jauge Ultime », plus celle-ci sera remplie, plus longtemps durera votre Fusion Ultime.

 
La grande nouveauté de cet épisode : La Fusion Ultime !!

 

Il est intéressant aussi de préciser que la Jauge Ultime n’a pas que fonction d’activer la Fusion Ultime, elle joue un autre rôle très important dans ce soft, en effet pour pouvoir faire fusionner nos héros il faut avant toute chose les intégrer dans notre équipe et c’est là qu’intervient la Jauge Ultime nous proposant une fois remplie à moitié d’utiliser sur certains personnages une « Attaque Zenkai », qui si bien exécutée, permettra d’enrôler le personnage visé dans son équipe.
Pour recruter ces personnages vous allez devoir faire preuve de persévérance, car à l’instar d’un Pokémon, les ennemis que vous rencontrerez seront aléatoires dans une zone définie et ils ne vous accompagneront pas forcement dès le premier essai, il vous faudra donc combattre à plusieurs reprises au même endroit afin de retomber sur le personnage recherché. Mais pas de panique, Ganbarion a pensé à tout, afin de casser cette routine, si vous combattez un certain nombre de fois dans une zone cela débloquera un personnage « caché » bien plus fort que les autres et qui peut lui aussi être recruté !

 
Avant de fusionner vos personnages il faudra d’abord les « Recrutés » (« Détecté » en Canadien…) !

 

Pour finir avec les combats, sachez que lorsque vous sortez victorieux d’un combat il vous sera donné un certain nombre de points d’expérience qui sera attribué à votre équipe, mais aussi aux autres membres que vous aurez recrutés. Puis vous aurez possibilité régulièrement d’obtenir de nouvelles attaques qu’il vous faudra bien choisir, car chaque héros ne peut apprendre que quatre attaques. Certaines d’entre elles ne correspondront sûrement à aucun de vos personnages, pas de panique vous aurez la possibilité de stocker quelques-unes de ces techniques pour plus tard.

 
Réfléchissez bien à vos choix lors de l’apprentissage d’une attaque spéciale.

 

Ce système de gameplay se révèle au final être très plaisant et addictif malgré quelques petits défauts comme notamment l’impossibilité de passer les cut-scènes durant les combats ce qui les rend inutilement longs, surtout après quelques heures de jeu et l’utilisation répétée de techniques spéciales. L’absence de combats au sol qui fait légèrement grincer des dents, alors soit, effectivement afin d’obtenir ce gameplay axé flipper les personnages doivent être constamment en suspension dans les airs, mais l’on aurait aimé un peu plus de variété dans les déplacements, 95 % du temps de jeu se passent en flottant dans les airs. La boite de stockage des coups spéciaux ne peut contenir que 30 coups, sachant que le jeu possède un peu plus de 1000 possibilités de personnages avec pour chacun d’entre eux une ou deux techniques spéciales qui leur sont propres on aurait aimé pouvoir en contenir un peu plus.
D’ailleurs pour ce qui est des coups spéciaux sachez qu’il vous faudra ré-attribuer chacun des coups après chaque fusion et après chaque séparation faite avec vos personnages ! Un aspect de gameplay qui sert avant tout à pouvoir ré-attribuer chacun des coups spéciaux à d’autres personnages, mais qui s’avère être une énorme perte de temps lors des fusions et qui vous fera surement perdre patience avant d’avoir exploré toutes les possibilités du jeu (sauf aux plus persévérants).
Autre petit défaut concernant les Coups Spéciaux, les contre-attaques celles-ci tombent totalement aléatoirement, aucune possibilité de savoir quand vous pourrez en effectuer une face à un ennemi qui vous lance son attaque spéciale.

  
Vous pourrez, parfois, tenté de contrer l’attaque adverse.

 

Comme vous avez dû le remarquer en lisant ces quelques lignes, le soft propose une durée de vie très conséquente pour celui qui se laissera séduire par les quelques idées originales que propose le jeu. L’histoire principale peut se finir en une quinzaine d’heures mais clairement l’intérêt de ce jeu est ailleurs, recruter et fusionner tous les personnages vous demandera un investissement très conséquent, une multitude de quête annexes sont d’ailleurs présentes pour ne pas vous rendre la tâche trop facile.
Rien que le « Tournoi Hebdomadaire« , « Le Combat des 100 » et la recherche des Dragon Ball vous demanderont une détermination en acier trempé.
Si vous décidez de tenter l’aventure il se pourrait même que vous soyez surpris par l’apparition de certains personnages voire de certains coups spéciaux disponibles dans le jeu.
À noter aussi, des petits ajouts non négligeables comme la possibilité de débloquer divers costumes cultes de la série et de pouvoir les customiser selon votre envie, un quizz journalier afin de tester vos connaissances sur la série et quelques petites surprises supplémentaires.
Ajoutez à cela un mode multi joueur en local ou en ligne vous permettant de mettre à l’épreuve votre équipe face à d’autres troupes et vous obtiendrez un jeu qui pourrait vous tenir en haleine pour une petite centaine d’heure de jeu.

    
Humour, personnalisation, multijoueur, quêtes annexes, ce jeu regorge de clins d’œil et de petites choses à faire.

 

Pour la partie bande-son l’équipe de Ganbarion sait faire plaisir aux joueurs en leur proposant une bande originale exclusive à cet épisode et de bonne facture, mais surtout, en proposant des doublages en japonais réalisés par les doubleurs officiels de la série. Rajoutez à cela tous les bruitages faisant partis du folklore de la série et vous aurez une bande-son tout ce qu’il y’a de plus honnête.
Seul petit bémol pour cette partie, le soft ne propose qu’un seul thème par étage ce qui fait assez peu de pistes musicales, même si l’on rajoute les thèmes de combats et le générique d’introduction.

Pour conclure ce test, Dragon Ball Fusions n’est pas le J-RPG ultime c’est sûr, son mode histoire qui se boucle en 15 heures sans liens avec la série, ses imperfections de gameplay, ses mondes fermés relativement petits et sa direction artistique assumée font que beaucoup de fans de Dragon Ball risquent de le bouder. Néanmoins, il faut reconnaître que ce jeu a de très grandes qualités comme son système de combat original et fun ou encore son système de recrutement des héros et de fusion très addictifs. Pour tous ceux qui voudraient s’y essayer, ne pas s’arrêter aux premières impressions et laissez-lui une chance le jeu en vaut la chandelle.

Les points forts :
– La Direction Artistique bien qu’originale reprend l’univers Dragon Ball à la perfection
– Les animations très soignées
– Le système de combat en « mode flipper »
– Points d’expérience ré-attribués à tous les membres
– Les innombrables fusions
– La nouvelle fusion à cinq vraiment bien pensée
– Les voix officielles en japonais
– La personnalisation de son personnage

Les points faibles :
– Les personnages de Dragon Ball GT
– Beaucoup trop de textes illisibles
– Impossible de passer les animations des attaques
– Les contres sont aléatoires
– Histoire trop courte, trop peu d’étages
– Beaucoup trop de fusions à haut niveau vraiment très moches
– Ré-attribuer toutes les attaques après chaque fusion et séparation
– La censure !
– Musiques sympa, mais peu nombreuses

Note finale du testeur : 15/20

Remerciements à Yacine Djebili « Yace » pour la correction de ce test Smile

Publicités