Castlevania Circle of the Moon – Nintendo Game Boy Advance

Castlevania COTM notes

Par Battosai14

En discuter avec l’auteur ICI

Castlevania est une des séries emblématiques de Konami dont le premier épisode est sorti en 1986 sur MSX.
Aujourd’hui nous allons nous attarder un peu sur le premier volet de cette série, sorti sur Game Boy Advance.

Écran titre Européen

En mars 2001, sort au Japon Akumajo Dracula : Circle of the Moon, renommé Castlevania : Circle of the Moon pour sa sortie aux US en juin 2001 et renommé simplement Castlevania pour l’Europe quelques jours plus tard.

Ce jeu de plates-formes/A-rpg a été édité par Konami et développé par Konami Computer Entertainment Kobe (KCEK),succursale de Konami.

Ce premier volet fait partie des jeux du lancement de la console.

Version Japonaise Version Américaine Version Européenne

Niveau scénario l’histoire se situerait après les évènements de Symphony of the Night. En 1820, le comte Dracula est détruit par Morris Baldwin et les parents de Nathan Graves (le protagoniste). Malheureusement durant cette bataille, les parents de Nathan décèdent. Dix ans plus tard, un démon nommé Camilla redonne vie à Dracula. Morris Baldwin entre en scène avec ses deux jeunes apprentis, Hughes son fils et Nathan Graves désigné comme étant l’héritier du « vampire killer ». Le maitre se fait alors enlever sous les yeux des deux apprentis et eux-mêmes projetés au fin fond du donjon. Vous devrez alors vous presser pour le libérer et mettre fin aux jours du Vampire !

Introduction du jeu

Depuis la sortie de l’épisode Rondo of Blood en 1993 sur PC-Engine, la série Castlevania a connu un grand tournant dans son développement, intégration de musiques orchestrales, de passages secrets ou d’éléments RPG. Ce nouveau virage, très apprécié par beaucoup de fans, a été ensuite accentué dans l’épisode Symphony of the Night sorti en 1997 sur PlayStation.
Castlevania Circle of the Moon est le premier épisode depuis Symphony of the Night à reprendre tous ces éléments. Un retour aux sources qui ravira les fans de la série dont les épisodes sur Nintendo 64 avaient déçus

Nous commençons donc la partie au fin fond du château de Dracula. Un premier coup d’œil sur l’écran nous donne des indications sur les premiers éléments de gameplay de ce titre.

Nous retrouvons donc en haut à gauche de l’écran, la barre de vie (en rouge) et sa barre de magie (en bleu), système que l’on retrouve dans de nombreux jeux de rôles. Un troisième indicateur propre à la série depuis ses débuts, les cœurs, représente le courage et plus concrètement, les munitions pour l’arme secondaire traditionnellement déclenchée avec la combinaison haut + tir.

Ces trois indicateurs, vie, magie et courage, peuvent voir leur capacité augmentée en trouvant des fioles disséminées, la plupart du temps dans des passages secrets.

Ensuite en appuyant sur Start vous entrez dans le menu. Nous retrouvons alors de nombreux éléments caractérisant les jeux de rôle, notamment au niveau de la gestion de l’inventaire, de l’équipement, des points d’expérience et des caractéristiques du personnage.

Chaque monstre battu vous permet de gagner des points d’expérience qui augmenteront votre niveau, les caractéristiques de votre personnage (Force, Défense, Intelligence, Chance, Expérience, Statut) ainsi que votre vie, magie et courage.

Vous aurez aussi la possibilité dans cet opus d’utiliser un système de combinaisons de cartes, le Dual Setup System (DSS), dans lequel il vous faudra trouver des cartes magiques, qui, combinées entre elles, vous procureront de nouveaux pouvoirs très intéressants.

Système de DSS

Mais ne vous inquiétez pas, Castlevania n’a rien perdu de ce qui fait sa réputation depuis ces nombreuses années, le donjon est immense et labyrinthique, les pièges et cachettes secrètes nombreuses, des boss immenses et costauds, des monstres toujours aussi nombreux etc

Graphiquement on voit que la petite portable de Nintendo en a dans le ventre, les décors sont très variés et travaillés, les sprites des monstres et leurs animations sont très réussis, l’ambiance gothique très bien rendu. Le design des personnages monstres et boss colle aussi parfaitement au style.

Quelques images de Castlevania : Circle of the Moon

Question jouabilité, les possibilités offertes dans cet opus via le système de cartes DSS est très sympathique. Cela permet entre autre de découvrir de nouvelles possibilités de gameplay grâce aux nombreux sortilèges disponibles. Nathan se manie sans accroc et c’est avec plaisir que nous parcourons le château en sa compagnie. Seuls petits bémols, quelques petits problèmes lors de l’utilisation de l’arme secondaire et des ralentissements lors d’affrontements avec quelques ennemis affichés à l’écran.

Côté bande son, nous retrouvons des thèmes musicaux variés et très travaillés, l’ambiance gothique est là et les fans seront ravis de retrouver quelques airs connus. Au niveau des bruitages, ceux-ci sont eux aussi plutôt travaillés et sympathiques. Il ne manquerait plus que les voies digitalisées pour avoir un rendu parfait !

Pour ce qui est de la durée de vie, le jeu peut se finir en une dizaine d’heures. Ce qui reste correct pour ce genre de jeu. Mais si vous souhaitez boucler le jeu à 100% il vous faudra bien une dizaine d’heures supplémentaire. Débloquer, les nombreux modes de jeux, trouver toutes les pièces cachées et trouver toutes les cartes DSS ne sera pas une chose aisée !!

Pour terminer je dirais que faire partie des jeux lors d’un lancement d’une console n’est pas toujours facile, pourtant ce titre à fait l’incroyable effort de sortir au lancement de la console ET d’être un excellent jeu ! Reprenant les éléments développés par ses deux grands frères Rondo of Blood et Symphony of the Night, Circle of the Moon est beau, jouable et truffé de bonnes idées.
Il est le premier chapitre de cette trilogie disponible sur Game Boy Advance dont nous pouvons dire que chaque épisode est exceptionnel !

Dernière petite anecdote : le scénario de Circle of the Moon aurait été « invalidé » juste avant la sortie de : Harmony of Dissonance.
Le jeu ne ferait donc plus partie de la chronologie Castlevania, or il semblerait que de nombreuses personnes auraient établi des liens entre cet épisode et l’épisode Portait of Ruin ! (Notamment avec l’apparition d’un certain « Morris »)

Les points forts :
– Graphiquement très beau
– Personnages charismatiques
– Système de DSS
– Musiques superbes

Les points faibles :
– Quelques accrocs au niveau de la maniabilité
– Des ralentissements durant certains combats

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s