Metroid Other M – Nintendo Wii

Par Battosai14
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Aujourd’hui nous allons nous attaquer à une série pilier, très appréciée dans le monde du jeu vidéo : Metroid.

Le premier opus de cette série fut développé par Nintendo sur Famicom et sortit en août 1986 au Japon et en janvier 1988 en Europe. Ce soft, imaginé et réalisé par Gunpei Yokoi et son équipe fut le premier jeu à nous mettre aux commandes d’un personnage féminin : Samus Aran.

1 2

Samus est un chasseur de primes galactique envoyée par la Fédération Galactique pour nettoyer la planète Zèbes d’un groupe de Pirates de l’espace cherchant à développer une arme biologique ultime : les Métroïdes.

Ce premier opus fut un véritable succès et il instaura les bases des épisodes que l’on connait aujourd’hui. D’une profondeur incroyable et d’une grande difficulté ce jeu reste l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la Nintendo. Ce succès fut tel que certains studios reprirent par la suite, certaines bases de ce nouveau genre, afin de les intégrer à leurs séries. L’exemple le plus connu est assurément Konami et sa série des Castlevania, qui, dans ses épisodes les plus évolués, a emprunté certains codes à Metroid afin de créer un nouveau genre appeler par les fans le « Metroidvania ».

Cette série connue de nombreuses suites sur quasiment tous les supports Nintendo : Metroid II sur GameBoy, Super Metroid sur Super Nintendo, Metroid Prime sur GameCube, Wii et DS, Metroid Fusion sur GameBoy Advance ou encore Metroid Other M sur Wii.

3 4

Nous nous attarderons aujourd’hui sur le dernier volet de la saga en date : Metroid Other M.

5

Ce volet de la série est sorti en septembre 2010 au Japon et en Europe. Dévoilé lors de l’E3 2009 cet épisode créa la surprise lorsque Nintendo annonça qu’ils travaillaient sur ce projet en collaboration avec Team Ninja (Dead or Alive ou Ninja Gaiden). Cette annonce n’était pas sans rappeler l’annonce de Nintendo en 2001, dans laquelle on nous dévoilait que le studio Retro Studios travaillait en collaboration avec le géant Nippon sur la suite des aventures de Samus.

La trilogie Metroid Prime qui fut réalisée par le studio Texan a connu un franc succès, mais commençait à s’essouffler. Voyons voir si Team Ninja a réussi à transformer l’essai eux aussi.

Le développement de Metroid : Other M débuta en 2007. L’équipe de développement, connue sous le nom « Project M », comprenait Yoshio Sakamoto (Metroid, Super Metroid, Metroid : Zero Mission ou la série des Wario Ware) comme producteur, trois employés de chez Nintendo ayant travaillé auparavant sur les épisodes GameBoy Advance, Team Ninja pour les modèles 3D et la programmation et la société D-Rockets pour les scènes cinématiques. Une autre société nommée Taiyo Kikaku collabora aussi pour la création des cinématiques. En tout, c’est environ 100 personnes qui auraient collaboré à ce projet.

a

Les événements de cette opus ce déroulent peu après ceux de Super Metroid. L’introduction nous remémore le combat de Samus contre Mother Brain et la mort de la larve Métroïd. Puis nous la revoyons dans un centre médical et à notre grand étonnement, Samus parle ! Nous avions l’habitude de la part de Nintendo à avoir des personnages quasi muet en dehors de quelques onomatopées, mais ici Samus nous fait découvrir le son de sa voix à travers des monologues et ceux-ci nous montre bien, que la demoiselle n’est pas aussi froide et insensible qu’elle en a l’air, bien au contraire celle-ci possède des émotions fortes que l’on découvrira tout au long de l’aventure.

Après une petite séance d’entrainement, Samus repart instauré la paix dans la galaxie. Lors d’un de ces voyages notre belle héroïne reçois un signal de détresse venant d’une Station-Bouteille et décide d’aller inspecter les lieux. Une fois arrivée sur la station celle-ci découvre qu’elle n’est pas seule sur place. Des agents de la Fédération Galactique ont eux aussi répondu à l’appel dont Adam Malkovich, l’ancien supérieur de notre héroïne, qu’elle considère de plus comme son père adoptif. Avec l’aide de ce groupe d’élite votre mission sera de découvrir ce qu’il s’est passé à bord de cette station, chercher des survivants et éradiquer les monstres qui ont investi la place.

Scénaristiquement cet épisode est l’un des plus travaillés, notamment grâce à une mise en scène pleine de surprises, des rebondissements et de nombreuses cinématiques de qualité époustouflantes. Nous retrouvons une héroïne avec de vrais sentiments que nous pouvons partager avec elle et qui nous feront nous sentir plus proche d’elle.

Néanmoins, malgré un énorme travail de mise en scène de la part du studio Team Ninja, le soft souffre de longueurs qui auraient pu être raccourcis (notamment lors des très nombreux monologues de Samus) et de certains points flous qui rendent l’intrigue un peu confuse.

Pour terminer sur ce point, nous dirons que les fans de la série seront dans tous les cas très surpris de la trajectoire prise par la Team Ninja, que ce soit en bien ou en mal. Nous explorons une nouvelle facette de la série qui n’avait jamais été exploré et tandis que certains fans inconditionnels crieront au scandale, les autres scanderont au génie.

b c d z

Visuellement ce jeu est un vrai petit bijou ! À sa sortie cet opus fut considéré comme le plus beau jeu de la Wii, poussant les capacités de la machine bien plus loin que ce que l’on aurait pu s’imaginer. Aujourd’hui encore on en prend plein les yeux grâce à ces graphismes et ses textures travaillées, des personnages secondaires très réussit, des monstres en pagaille, des boss immenses et des effets de lumières somptueux. Il est clair que la Team Ninja ne s’est pas tourné les pouces lors du développement du jeu.

Durant l’aventure Samus devra traverser divers secteurs de la Station-Bouteille aux décors très variés comme des laboratoires, une zone envahie par la jungle, une zone remplie de lave ou encore une zone entièrement recouverte de neige.

a1 a2

L’aventure de Samus sera entrecoupée de scènes cinématiques de très grande qualité. Très grande ? Autant dire incroyable ! Ces cinématiques de qualité similaire à ces concurrentes sur Xbox360/PS3 sont très nombreuses et assez longues. De plus la mise en scène mit en place lors de ces scènes rendent l’immersion totale !

Maintenant que nous savons que Metroid Other M possède une réalisation de grande qualité, comment le soft se comporte-t-il manette en main ?

Aussi inattendu que cela puisse paraitre, le gameplay est aux petits oignons ! La prise en main est immédiate et intuitive. La Wiimote se tiens à l’horizontale, façon manette Nes et ça, déjà c’est un excellent point. Samus est vive, agile et d’une fluidité incroyable ! La caméra est positionnée de côté façon « anciens Métroïd » et n’est à aucun moment du jeu handicapant. Décors en 3D et vue en 2D ? Quelle drôle d’idée ? Absolument pas ! Le jeu privilégie l’action pure et l’exploration et ce pari était risqué. Néanmoins, une fois la manette en main on se rend vite compte que tout a été pensé pour capter l’attention du joueur et ne plus le lâcher.

b1 b2

En pointant la Wiimote vers le téléviseur notre héroïne passe en mode de vue vue subjective afin de locker certains objets ou ennemis. Cette action est très utile lors des phases de recherche des passages secrets qui sont très nombreux.
Le passage du mode 2D en vue subjective ce fait instantanément, néanmoins, la précision de la Wii est encore un peu aléatoire. Certains moment le jeu passera d’un mode à l’autre sans accrocs, un autre moment il faudra s’y reprendre à plusieurs reprises avant de réussir la manipulation.

Toutefois, une fois ce petit détail bien gérer, il faut avouer que les phases de combats sont d’une prise en main et d’un dynamisme assez jouissif. Tir, esquive acrobatique, finition dévastatrice, tout ce fait d’une simple pression et la fluidité avec laquelle tout s’enchaîne nous donne au final une réelle impression de chorégraphie.
Les ennemis quant à eux seront de plus en plus malin au fil de l’aventure et il vous faudra ruser pour en venir à bout de certains. Les boss nécessitent de trouver leurs points faibles pour les tuer et cela donne souvent des combats assez épiques.

c1 c2

Niveau arsenal, rien de bien nouveau puisque l’histoire ce passe juste après l’épisode Super Nintendo. Samus a donc gardé avec elle les armes récupérées lors de sa précédente mission mais celles-ci vous seront bloquées par Adam Malkovich et il vous faudra attendre son autorisation pour pouvoir les réutiliser de nouveau.
Vous retrouverez donc tout l’arsenal de Samus, de la morph ball aux super missiles, en passant par les missiles, le grappin ou encore la bombe de puissance. Notre héroïne aura bien entendu la possibilité d’upgrader son laser ou sa combinaison. Tout un programme !

Parlons maintenant de la durée de vie du soft qui nous réserve quelques surprises.
Côté exploration, il faut avouer que le jeu est quand même assez linéaire. Le joueur devra avancer dans les différentes salles de la Station-Bouteille sans vraiment pouvoir aller ou bon lui semble. Il sera guidé par l’ouverture et la fermeture des portes.

Néanmoins, une fois la première partie du jeu terminé, Samus reviendra sur la station avec tous ces équipements afin d’explorer entièrement la Station et y retrouver tous les bonus inaccessibles auparavant.

À noter donc, qu’une bonne partie du vaisseau restera caché lors de la première partie du jeu afin de se concentrer sur le scénario et l’aventure et que la seconde partie se recentrera plus sur le côté exploration digne d’un Super Metroid.

Ce jeu possède une durée de vie très raisonnable pour un épisode « à l’ancienne ». Comptez environ une dizaine d’heures pour finir la première partie du jeu et rajouter quelques heures de plus pour récupérer 100% des objets durant la seconde partie. Au total il vous faudra une quinzaine d’heures de jeu pour découvrir et finir cet opus de Metroid.
Petite info supplémentaire, finir le jeu à 100% vous débloquera le mode Difficile ce qui offrira un plus non négligeable à cet épisode qui possède déjà une très bonne rejouabilité.

Terminons avec la bande-son du jeu. Bien que la musique soit bien mise en retrait, les fans retrouverons quand même les thèmes principaux de leur chère série bien implantés dans l’aventure.
Si la musique a été mise en retrait c’est afin de laisser place aux bruitages et à l’ambiance oppressante de certains moments, car il faut reconnaitre qu’un gros effort a été fait sur ce point. Les bruitages sont excellents et la mise en scène de certains passages du jeu rappellera pour certains, Dead Space, dont Metroid Other M s’est inspiré.

Pour conclure ce test, nous dirons que malgré quelques petits défauts Metroid Other M est un excellent jeu que tous les possesseurs de Wii devrait faire au moins une fois. Avec un système de jeu 2D/3D vraiment bien pensé, des graphismes vraiment superbes, une ambiance travaillée, des combats vifs et chorégraphiés et un scénario original le soft ce hisse sans difficulté parmi les « must have » de la Wii.

Les points forts :
– Une réalisation superbe (Graphismes et cinématiques)
– Des combats vifs et dynamiques
– Le mélange 3D avec vue de côté
– Le scénario et la mise en scène
– Découvrir la personnalité de Samus
– La seconde partie du jeu : l’exploration de la Station-Bouteille
– Une très bonne rejouabilité

Les points faibles :
– Un scénario un peu confus sur la fin
– Certains monologues de Samus trop long
– La première partie du jeu un peu trop linéaire
– Quelques problèmes de visée avec la Wiimote
– Les scènes de recherche en vue subjectives inutiles
– Le « boss de fin »

Publicités

2 réflexions au sujet de « Metroid Other M – Nintendo Wii »

  1. Je t’ai trouvé vachement conciliant avec ce jeu, selon moi Metroid Other M est passé à côté de l’essence même de ce que la série à su nous proposer jusque là. L’oppression n’est plus aussi présente, Samus est soumise à ses « chefs » et qui plus est très bavarde, certaines phases de gameplay empruntées aux fps actuels et pas forcément les plus ingénieux, une recharge de missile illimitée, le fait de se « cacher » dans un coin pour récupérer son énergie, le cri d’alarme strident qui met la pression lorsque l’on est à l’agonie n’est plus… Bref, j’irai pas jusqu’à dire « casualisé » mais si faut le comparer aux autres … bah si, casualisé…

    C’est vraiment dommage, il avait du potentiel, mais n’a pas tenu les promesses que j’attendais de ce jeu. Avis perso bien entendu. Sinon bon test bravo. 😉

    1. Tiens j’avais pas vu ton commentaire ^^
      Merci pour ton post en tout cas 😉

      Vois tu, contrairement à toi j’ai trouver que ce jeu avait une ambiance assez oppressante, certains passage m’ont donné la chair de poule dans sa mise en scène. Bon j’avoue qu’il m’en faut pas beaucoup pour me faire peur aussi 😉

      Après pour le reste, bah je pense avoir expliquer mon avis sur le sujet dans mon test 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s