Fantasy Life – Nintendo 3DS

Par Battosai14
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Cette semaine nous allons nous attarder sur un titre un peu particulier. Un titre qui, à lui seul, arrive à diviser les communautés. Pourtant, lorsque le studio Level-5 nous sort son nouveau jeu Fantasy Life, celui-ci cherche avant tout à nous proposer un RPG de grande qualité.

 

Vous le savez sûrement, Level-5 est un studio japonais fondé en 1998 qui s’est fait connaître en développant les jeux Dark Cloud et Dark Chronicle sur PS2 au début des années 2000. Ensuite, le studio a acquis une forte reconnaissance en réalisant deux opus de la très populaire série Dragon Quest : Dragon Quest VIII : L’odyssée du Roi Maudit sur PS2 (2004) et Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament sur DS (2009). Dans un même temps, la société japonaise réalisa d’autres séries à succès tel que Professeur Layton (2007) ou Inazuma Eleven (2008).

 

 
Une partie des titres phares du studio

 

En 2002 donc, Level-5 tenta de développer un projet de MMORPG sur la console de Microsoft, la XBOX. Ce jeu devait être une vitrine technologique afin de mettre en avant le service XBOX Live, son nom : True Fantasy Live Online. L’aventure était prévue pour accueillir jusqu’à 3000 joueurs en même temps dans un univers Médiéval-fantastique. Le design devait utiliser la technique de Cel-shading donnant une ambiance dessin animé et enfantin au jeu. Mais de nombreuses contraintes techniques liées à la console de Microsoft et surtout, au jeu en ligne sur console, précipita l’arrêt du développement de ce projet ambitieux après deux ans de travail.


True Fantasy Live Online durant son développement

 

En 2009 lors du Tokyo Game Show, Level-5 présenta un nouveau projet sur la dernière portable de Nintendo, la Nintendo DS. Ce projet se nommait : Fantasy Life. Développé en collaboration avec les studios Brownie Brown (Sword of Mana, Mother 3, Magical Starsign…) et h.a.n.d. (Ape Escape, Final Fantasy Fable : Chocobo’s Dungeon, Chocobo Racing 3D…) le jeu possédait déjà une partie des bases que l’on connaît aujourd’hui comme le design très kawaï du jeu, le chara design ou encore une bande son composée par Nobuo Uematsu, mais le gameplay était radicalement différent puisqu’il s’apparentait plus à un simulateur de vie, dont le but était d’accomplir diverses « life quest » données par les personnages non joueurs (PNJ) afin de faire progresser votre personnage.

 

 
Premières images du jeu publiées par Level-5

 

C’est le 27 décembre 2012 que Fantasy Life arriva dans les bacs au Japon, le jeu, toujours développé par Level-5 en collaboration avec Brownie Brown et h.a.n.d., propose un savant mélange de simulation de vie (à la manière d’un Animal Crossing ou Harvest Moon) et d’action-RPG (avec une approche plus orienté Innocent Life ou Rune Factory).

Le soft ne sortira pas sur Nintendo DS comme prévu à l’origine, mais sur Nintendo 3DS, il arrivera deux ans plus tard dans le reste du monde, le 26 septembre 2014 en Europe et le 24 octobre 2014 aux US et le moins que l’on puisse dire c’est que le jeu est très différent de ce qui était prévu dix ans auparavant.

 
Jaquettes japonaise et américaine

 

Fantasy Life est un jeu très original mélangeant plusieurs styles et qui demande un réel investissement de la part du joueur. Tout commence avec la création de votre avatar à l’aide de paramètres assez complets. Viendra ensuite l’une des étapes les plus importantes du jeu, choisir votre première carrière, parmi les douze classes disponibles, dont quatre classes axées sur le combat (Paladin, Mercenaire, Chasseur et Mage), cinq basées sur des métiers créatifs (Cuisinier, Forgeron, Menuisier, Tailleur et Alchimiste) et trois sur la récolte (Mineur, Bûcheron et Pêcheur).


Présentation des classes ainsi que des Maîtres qui vous accompagneront au fil de l’aventure.

 

Il est intéressant de noter que durant la partie vous pourrez à tout moment changer de carrière. Une fois votre personnage défini, vous serez plongé dans l’univers magique de Rêvéria, un monde fantastique aux couleurs chaudes et aux personnages drôles et colorés. Après quelques quêtes d’introduction liées à votre nouveau métier, vous aurez le choix entre, prendre votre sac à dos, votre épée et partir à l’aventure, ou bien de suivre la quête principale de l’histoire.

Car oui, tout n’est pas rose en ce moment dans Rêveria, de mystérieuses météorites s’écrasent un peu partout sur la surface du monde et tous les animaux qui s’aventurent un peu trop près de ces « pierres du chaos » se transforment en monstres ténébreux extrêmement agressifs. Vous allez donc vous retrouver, par la force des choses, contraint de partir à l’aventure pour tenter de trouver d’où provient ce phénomène inexpliqué et de trouver une solution pour y mettre un terme.

Vous voilà donc parti pour explorer les différents plateaux du jeu en éliminant tous les ennemis qui vous barreront la route. Pour vous assister dans cette aventure vous aurez bien entendu la possibilité de vous faire accompagner par divers compagnons au design coloré et mignon/enfantin.

Vous l’aurez compris, ici vous ne trouverez pas de scènes de violence traumatisante, de sang sur les murs, de gros rebondissements scénaristiques ou encore de dialogues au contenu grossier, Fantasy Life est un jeu à l’aspect très enfantin et chaleureux qui comblera le gamer qui est en vous par son ton léger, son incroyable contenu, sa grande diversité de gameplay et son univers recherché.

Soulignons quand même un défaut assez redondant du jeu, ses dialogues, beaucoup trop nombreux et beaucoup trop longs, pouvant vous couper dans votre aventure pendant cinq à dix minutes pour certains.


Le jeu s’ouvre sur une splendide introduction animée de plusieurs minutes.

 

Commençons tout d’abord par la réalisation. Le soft de Level-5 possède une réalisation très soignée, tant par son ambiance et son univers que par l’aspect technique de celle-ci. Car, (que l’on aime ou pas) il faut avouer que le jeu bénéficie d’un vrai travail de fond, réalisé par les développeurs, pour nous servir un jeu cohérent. Avec des décors variés, colorés, très détaillés, un bestiaire très complet, de nombreux PNJ, des musiques agréables ou encore un scénario se rapprochant plus d’un shōnen que d’un roman de H. P. Lovecraft, Fantasy Life nous offre un univers haut en couleurs, mais dont les multiples éléments s’imbriquent parfaitement.

Vous serez donc amené à visiter de nombreux environnements dans lesquels vous combattrez un très large panel de monstres et rencontrerez de nombreux PNJ aux chara design très agréables réalisés par Yoshitaka Amano (Final Fantasy, Front Mission,…).


Illustration de Yoshitaka Amano

 

Les différents endroits que vous allez visiter sont souvent très détaillés et pour la plupart fourmillent d’objets et ressources à récupérer afin de les utiliser dans les métiers concernés, ce qui offre un point non négligeable pour le côté exploration. Le travail fait sur les animations, est assez surprenant aussi, car chaque monstre a bénéficié d’un travail d’animation très soigné tout comme les PNJ, le plus surprenant venant de votre personnage, puisqu’à terme celui-ci pourrait bénéficier de toutes les aptitudes de chaque classes et possédera ainsi une palette impressionnante de coups et d’actions utilisables lors de l’aventure.

L’aventure sera aussi entrecoupée de temps à autres par de magnifiques cut-scenes, superbement animées comme Level-5 aime nous en faire voir dans ses différents jeux, sauf qu’ici elles sont vraiment trop peu présentes (seulement trois ou quatre cut-scenes au final).


Quelques images de décors du jeu

 

Intéressons-nous maintenant au plus gros point fort du jeu, son gameplay, car oui si l’on devait mettre en avant l’un des points forts de ce soft, ce serait bien celui-ci. Comme cité en début de ce test, Fantasy Life est un savant mélange de Simulation de vie et d’Action-RPG, donc comme dans tout bon RPG vous devrez, au début de votre aventure, façonner votre avatar à travers une grande quantité d’options (cheveux, visage, taille, corpulence, etc…). Une fois votre héros créé vous devrez choisir votre métier qui influencera vos quêtes, vos aptitudes, vos compétences, etc…


Quelques exemples de métiers et leurs compétences

 

Par exemple, pour un menuisier, votre Maître vous donnera pour quêtes de récolter divers rondins de bois, ces rondins, votre menuisier sera amené à les transformer en planches de bois, puis, ces planches serviront, avec l’aide d’autres éléments, à fabriquer des meubles qui vous permettront, soit d’égayer votre logis, soit de renflouer votre porte-monnaie d’un bon paquet de « Rêvas » (monnaie de ce jeu).

Dans cet exemple, fabriquer des meubles vous permettra de gagner des points de compétences nommés ici des points « étoiles » qui, une fois le quota atteint, vous permettra d’augmenter votre rang et ainsi de découvrir de nouvelles recettes et apprendre de nouvelles compétences. En montant de rang, votre personnage gagnera aussi des points de statut supplémentaires ce qui vous permettra par la suite de faire ou refaire des objets de bien meilleure qualité.

Pour réaliser la plupart des recettes demandées vous devrez vous placer devant une table de travail, puis, une fois votre recette sélectionnée, devrez réaliser un mini jeux dans lequel on vous demandera d’appuyer sur une succession de touche dans un temps donné afin de réussir l’objet souhaité (un peu à la manière d’un Cooking Mama). Vous aurez aussi possibilité d’automatiser la création de ces ressources à force de les exécuter afin de gagner du temps.


L’artisanat demande un peu d’adresse pour la confection d’objets.

 

Pour ceux qui auraient encore des doutes sur le système d’artisanat, voici concrètement ce que cela peut donner avec le métier de Forgeron. Vous débutez en tant que « Forgeron Néophyte », vous fabriquez donc quelques armes et armures avec les matériaux que vous avez récoltés. Vous gagnez un nouveau rang, ce rang va vous permettre d’apprendre de nouvelles recettes et de gagner des nouvelles compétences de forgeron.

De plus, chose très intéressante, vous allez pouvoir commencer à créer des armes et armures de meilleure qualité. Une arme ou armure (et les autres objets à créer aussi) possèdent quatre niveaux de qualité : De base, Bonne qualité, Très bonne qualité, Excellente qualité, donc plus l’objet créé sera de bonne qualité plus ses statistiques seront augmentées. Sans oublier que lorsque vous aurez atteint le rang requis vous pourrez même rajouter des éléments spéciaux afin d’affecter certains attributs supplémentaires à vos œuvres. Ces armes et armures que vous produirez ne pourront être équipées que par un personnage de la classe dédiée, ce sera donc à vous de jongler entre les classes pour pouvoir les utiliser.

Dernier petit point, il existe dans Rêvéria un personnage qui vous permettra de changer la couleur de certains éléments de votre équipement, ce qui ravira les fans de customisation de personnages.


Façonnez, augmentez votre rang, gagnez de nouvelles compétences et façonnez des objets encore plus puissant !!

 

Les métiers de récolte vous demanderont des actions plus simples, comme par exemple appuyer sur « Action » pour donner des coups de hache afin de couper du bois ou des coups de pioche pour collecter du minerai. La pêche bénéficie d’un autre gameplay très intéressant elle aussi, à base de timing, durant lequel il faut appuyer ou relâcher le bouton « Action » en fonction de la force exercée par le poisson sur la canne.


Petites illustrations des métiers de récolte.

 

Concernant les métiers de combat, chaque métier possède ses propres quêtes avec ses propres compétences, le Paladin utilisera une épée et un bouclier, le Mercenaire une grosse épée à deux mains (Espadon), le Chasseur un arc et des flèches et le Mage des sorts élémentaires. Pour ces métiers, par besoin de courir à la chasse aux ressources ou de faire des mini-jeux, vous devrez simplement arpenter les routes de Rêvéria à la recherche des monstres que votre Maître vous aura demandé de tuer. Les combats sont en temps réel et fonctionnent sur un simple système de locks de combos et d’esquives dans la pure lignée des hack and slash. Vous devrez apprendre les patterns des ennemis afin de pouvoir lancer vos attaques et enchaîner sur des esquives, tout n’est qu’une simple affaire de timing.

Petit détail très agréable, le style de combat change radicalement en fonction de l’arme choisie, la dague permet d’enchaîner de petits combos rapides pour faciliter les esquives, l’épée plus lourde permet des combats rapprochés plus intense avec un bouclier et l’Espadon permet des attaques plus lentes, mais dévastatrices. Chaque joueur trouvera son bonheur à travers ces différents styles de combats. Seul point négatif, le système de lock pas encore au point qui vise le plus souvent des adversaires au hasard et non le plus proche.


Quelques images de combats sanglants !!

 

Durant votre voyage à travers Rêvéria vous rencontrerez différents types de monstres, certains seront caractérisés par différentes « couronnes » de couleurs adossées à leurs noms. Cela représente leur niveau de difficulté. Un monstre avec une couronne en argent vous présentera des monstres intermédiaires tandis que les monstres avec des couronnes dorées vous présenteront des monstres de type « boss » pour lesquels un niveau assez élevé est fortement recommandé (et d’être en groupe pour certains d’entre eux).

Ces ennemis se baladent nonchalamment sur la carte et vous attaqueront pour la plupart en vous voyant. Si vous avez recruté une équipe d’aventuriers aguerris, vous pourrez tenter d’affronter ces boss, mais si votre troupe se fait décimer lors de la bataille rien ne vous empêche de vous enfuir, le monstre vous poursuivra pendant quelques secondes puis se ravisera.

Notez que lorsque votre héros meurt sur un champ de bataille, vous aurez deux manières de revenir au combat. Première manière, vous possédez un stock très important de potion de vie dans votre sac, ce qui vous permettra de revenir à la vie avec une bonne partie de vos points de vie, la seconde manière ne s’effectue qu’en multijoueur, votre partenaire, possédant le pouvoir de vous ranimer une fois à votre portée, peut vous ressusciter avec la moitié de vos points de vie lorsque celui ci est à côté de vous. Cette dernière méthode est bien pratique mais simplifie quelque peu les combats puisqu’elle ne demande aucune potion, simplement de se trouver à portée de la personne inanimée et d’appuyer sur « Action ».


Illustration de « monstres à couronnes »

 

Vous l’aurez compris, bien que le soft possède une très grosse partie simulation de vie, la partie RPG n’est pas en reste. Chaque monstre tué vous rapportera de l’expérience, cette expérience vous permettra de gagner des niveaux et ces niveaux vous permettront d’ajouter des points de caractéristiques dans vos diverses compétences afin d’améliorer votre Force, Vitalité, Intelligence, Concentration, Dextérité ou Chance. Ces points d’aptitudes joueront bien entendu un rôle important dans votre carrière ainsi que dans votre exploration de Rêvéria.


Vous viendrez régulièrement consulter ce tableau de compétences !

 

En plus des points « étoiles » pour votre carrière et des points d’expérience traditionnels, le jeu vous fera gagner des points de « liesse » tout au long de l’aventure. Ces points se débloqueront lorsque vous vous aurez résolu certaines quêtes liées à l’aventure et vous permettrons de débloquer des bonus extrêmement utiles comme : un sac plus gros, une armoire plus grosse afin de stocker vos objets, la possibilité de monter à cheval pour parcourir Rêvéria plus rapidement ou encore débloquer une option afin d’avoir divers animaux de compagnie.


Chevaucher divers montures et adopter des animaux sera au rendez-vous !

 

Donc oui Fantasy Life vous permettra de chevaucher différents types de montures afin de parcourir le Pré Émeraude plus aisément, ainsi que de vous balader avec un compagnon (chien ou chat).

Autre petit élément de gameplay très original, lorsque vous remporterez des combats face à des monstres de niveaux intermédiaires ou plus, ceux-ci lâcherons des « butins » représentés par des gros coffres. Lorsque vous ramasserez ces gros coffres, ils se matérialiseront derrière votre héros et vous devrez alors rapporter ces butins à la Guilde la plus proche afin de les échanger contre divers trésors.

Votre personnage pourra traîner jusqu’à trois butins derrière lui, mais gare à vous, car les monstres seront dès lors attiré par ces coffres qui sont extrêmement fragiles. Évitez donc que vos adversaires OU VOUS MÊME, ne détruisiez vos butins durement gagnés, car oui, si par malheur vous frappiez l’un de vos coffres, celui-ci exploserait ne laissant strictement rien derrière lui.


Ces coffres renferment de fabuleux trésors !

 

Le second point fort de ce jeu vient sans conteste de sa durée de vie. Les équipes de Level-5, Brownie Brown et h.a.n.d. nous livrent ici un soft au contenu incroyable. Si l’aventure principale se termine en 15/20 heures de jeu, cette histoire n’est que prétexte au développement de tout ce qui gravite autour comme l’obtention du plus haut rang de votre carrière, voir de plusieurs ou toutes les carrières, obtenir de nouvelles armes ou armures toujours plus puissantes, finir et vaincre les boss des quêtes annexes, réussir les requêtes demandées par les villageois (plus de 300), monter votre héros au niveau maximum etc…

Dit ainsi, cela peut paraître idiot, mais détrompez vous, Fantasy Life se révèle être un jeu extrêmement addictif une fois quelques heures passées dessus, les fans de personnalisation passeront des heures à la recherche du morceau d’équipement adéquat à leur tenue ou simplement rechercher les ingrédients manquants à la confection de meubles pour rendre leur maison la plus accueillante possible.


Décorez votre maison en achetant ou fabriquant vous même chaque élément de déco

 

Ainsi vous serez amené à visiter diverses villes aux thèmes propres, comme Castel la ville des paladins, Port Puerto la ville portuaire, repère préféré des pirates, ou encore Al’Maajik à l’ambiance mille et unes nuits. Le reste de la carte vous entraînera à travers divers décors comme des monts enneigés, un volcan, une plage, un désert, des îles volantes etc… Explorer et connaître la vaste carte de Rêvéria sur le bout des doigts sera un atout majeur pour tout aventurier qui souhaiterait obtenir le rang maximum de chaque classe !

N’oublions pas de parler d’un des éléments les plus importants de cette partie, le multijoueur ! Fantasy Life vous propose d’inviter un ou deux de vos amis afin de parcourir les plaines de Rêvéria. Ainsi vous pourrez à votre guise soit explorer le monde à la recherche de ressources, soit échanger divers équipements/meubles/éléments avec vos camarades, ou tout simplement partir à la chasse aux monstres (aux très gros et costauds bien évidemment !! )

Tous ces éléments offrent au soft de Level-5 une durée de vie et surtout une rejouabilité extrêmement conséquente. Même si dans l’ensemble l’aventure est assez facile, ceux qui souhaiteraient du challenge se tourneront vers les boss annexes.


Vous trouverez toujours quelque chose à faire sur Rêvéria !

 

Le seul point noir que l’on pourrait déplorer dans cette catégorie concerne trois carrières, celle du cuisinier, du tailleur et de l’alchimiste qui sont les trois seules carrières à demander de monter leurs compétences spécifiques (compétence de : couture, cuisine et alchimie) au maximum afin de débloquer le rang de « Héros ». Ce qui est très problématique puisque les recettes permettant d’augmenter suffisamment ces compétences demandent des ingrédients extrêmement rares et difficiles d’obtention. Du coup, monter ces classes au maximum relève du miracle et risque de décourager plus d’un joueur.

Heureusement, Level-5 a trouvé la solution à ce dernier point négatif nommé Fantasy Life Origin Island. Ceci est simplement le nom du contenu payant que le studio a mis à disposition pour sept euros. Son contenu, une nouvelle île découpée en quatre régions bien distinctes et d’une cinquième partie, matérialisée par une gigantesque tour, divisée elle même en trois épreuves redoutables.

Grâce à ce contenu supplémentaire votre personnage peut évoluer du niveau 100 à 200, deux nouveaux rang pour vos carrières sont disponibles (demi-dieu et dieu), de nouveaux villages font leur apparition ainsi que de nouveaux magasins dans lesquels vous trouverez les ingrédients nécessaires aux recettes insurmontables des carrières citées plus haut, de nouveaux monstres apparaissent ainsi que de nouveaux boss, de nouvelles quêtes ainsi que de nouvelles armes et équipements sont au rendez-vous.

Nous pouvons donc dire aisément que ce DLC sera très vite rentabilisé au vu de son contenu très complet.


Origin Island, une extension à petit prix pour un contenu des plus conséquent.

 

Arrêtons nous maintenant sur la bande son du jeu, les équipes de Level-5 ont fait du très bon travail sur l’ambiance et les bruitages du jeu pour garder l’aspect mignon jusqu’au bout et le résultat est très convainquant ! Les musiques sont signées Nobuo Uematsu (hé oui !) qui nous signe ici une bande originale des plus agréables. Nous vous recommandons d’écouter des pistes comme « In the Beginning », « Avatar Maker Theme », « Tranquil Scenery » ou encore « Ederwood » pour reconnaître la patte de l’artiste et vous laisser porter par ses mélodies parfois douces et parfois entraînantes.

À la fin de chaque carrière, vous aurez droit à grande fête durant laquelle il vous sera chanté une chanson en japonais. Ces chansons tranchent radicalement avec le reste de la bande originale et pas forcement en bien. Dans l’ensemble Nobuo Uematsu nous signe une œuvre vraiment très sympathique, même si certaines pistes peuvent devenir redondantes.

Pour conclure, Fantasy Life est un excellent jeu, extrêmement complet, avec un univers vaste et proposant des paysages et un bestiaire variés, Rêveria est un régal à explorer. Le gameplay simple mais efficace avec ses multiples possibilités, son système de craft et de personnalisation, son design mignon et chaleureux, la possibilité d’explorer cette contrée avec ses amis, la bande originale très agréable à écouter, tout est fait pour en faire un grand jeu. Et même si celui-ci est loin d’être parfait, malgré quelques petits défauts de-ci de-là, Fantasy Life est réellement un grand jeu très addictif sur lequel vous ne compterez plus vos heures de jeu.

Un projet qui revient de loin et qui a fort heureusement pu voir le jour.

Les points forts :
– L’univers mignon, chaleureux et cohérent de bout en bout
– Le chara design des protagonistes/compagnons
– L’exploration et la découverte de toujours plus d’objets
– Le système de classes et de rangs
– Le gameplay aux possibilités incroyables
– La personnalisation du personnage et des logements
– Le multijoueur
– Les musiques qui collent parfaitement au jeu

Les points faibles :
– Beaucoup trop de blabla… mais vraiment !
– Certaines classes trop inégales en difficulté
– Le système de lock un peu trop aléatoire
– Quelques musiques un peu redondantes à la longue

Note finale du testeur : 18/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s