Shining Force Resurrection of the Dark Dragon – Game Boy Advance

Par Battosai14

Venez discuter du jeu sur notre forum


La série Shining Force est une série de jeu de rôle de Sega dont le premier épisode : Shining in the Darkness est sorti en 1991 sur Megadrive. Cette série oscille entre jeu de rôle classique et jeu de rôle tactique.
Dans ce test nous traiterons de : Shining Force : Resurrection of the Dark Dragon qui n’est pas un épisode original mais un remake de l’épisode Shining Force : The Legacy of Great Intention sorti sur Mega Drive en 1992 au Japon et en 1993 dans nos latitudes. Ce second volet de la série Shining est le premier volet à avoir été développé sous forme de Tactical-RPG.


Les jaquettes des deux premiers épisodes de la série

Ce titre édité par Sega et développé par Climax Entertainment (Landstalker) et Sonic Software Planning (actuel Camelot Software Planning) a fait les beaux jours de possesseurs de Mega Drive à sa sortie.

Shining Force est un titre qui a marqué les esprits de par la finesse de ses graphismes, un gameplay riche, des musiques entrainantes et un challenge relevé. Un titre opportun au moment ou la série Fire Emblem faisait le bonheur des joueurs Famicom.



Quelques images de Shining Force : The Legacy of Great Intention

La série à bien sûr connu bon nombre de portages. On a entre autres pu s’y essayer dans diverses compilations que ce soit sur PC ou sur Dreamcast avec le Sega Smashpack qui regroupait plusieurs titres de la marque.

Aujourd’hui ce test s’occupe de la version Game Boy Advance sorti en 2004, édité par THQ et développé par Amusement Vision (F-Zero GX ou la série Yakuza).

Encore une fois, la série se retrouve confronté à son éternel rival Fire Emblem, mais cette fois-ci sur le même support. De plus ces deux titres ne sont plus les seules séries de Tactical RPG et nous pouvons retrouver sur GBA d’autres jeux tels que Advance Wars, Final Fantasy Tactics Advance ou encore Tactic Ogre (US) etc…


Dans l’ordre Advance Wars, Fire Emblem Sacred Stones, Fire Emblem, Final fantasy Tactics Advance, Tactics Ogre

Mais alors comment ce portage a-t-il évolué et peut-il prétendre au titre de « HIT » comme son prédécesseur sur Mega Drive ? Et bien détaillons le jeu dans sont ensemble.

Commençons avec le scénario. Recueilli inconscient par des villageois sur les côtes de Guardiana, notre héros (Max), un jeune guerrier amnésique, se voit formé aux stratégies et méthodes guerrières par le grand chevalier Varios. Mais le mal rôde et épie sans cesse la quiétude des vivants.

Ainsi après une altercation avec le Royaume de Runefaust cherchant à mettre la main sur d’anciens artefacts censés réveiller une puissance enfouie sous terre depuis mille ans appelée Dark Dragon, notre jeune aventurier se retrouvera embarqué par sa destinée. Marchant de ville en ville a la recherche d’un moyen d’arrêter la folie meurtrière du roi Ramladu et de ses lieutenants les plus dangereux, Mishaela, Eliott, Darksol et Kane, le valeureux guerrier accompagné de ses amis les plus fidèles devra déjouer mille pièges afin de conserver la paix si durement acquise.

Vous l’aurez compris Shining Force ne brille pas de part son scénario original ou travaillé. Celui-ci fut d’ailleurs le plus gros point noir de cet épisode lors de sa sortie sur Mega Drive.
Néanmoins, l’équipe d’Amusement Vision ne s’est pas contenté de porter ce scénario et les fans apprécieront que le studio ai quelque peu modifié la trame scénaristique en introduisant trois nouveaux personnages et une histoire parallèle qui donne un peu plus de profondeur au jeu.
Le background des personnages a été amélioré avec la possibilité de connaitre un peu mieux la vie de vos héros au QG lorsque ceux-ci gagne des niveaux.
Toutefois, malgré l’attention particulière faite sur ce point, le reste de la trame scénaristique reste toujours très incohérente et mal ficelée.


Quelques images des trois nouveaux personnages

Graphiquement le soft a subi un bon lifting ! Les couleurs sont chatoyantes, les bons gros sprites et la 2D nous rappellent le charme des moutures 16 bits. Les phases de combats quant à elles nous rappellent Golden Sun par sa qualité et son dynamisme. Les animations de ces phases sont très réussies (quoique un brin trop rigide, elles auraient mérité plus de fluidité) et les personnages toujours très charismatiques. À ce propos le chara-design, de [b]Shining Force a été confié comme aux origines du projet à Mr Yoshida Hidehiro[/b].

Quelques images des batailles

En contrepartie la réalisation du soft se révèle être en dents de scie. Les passages en village sont assez rudimentaires, avec des bâtiments tout simples, bien carrés, sans allure.
Certains décors du jeu alterne le bon et le mauvais, le travaillé avec le vide ou encore des sprites mal agencés (des colonnes bien rondes qui se terminent avec des pieds carrés).


Je vous laisse juger de la qualité de ces screens…

Pour ce qui est des sprites des personnages, l’équipe a fait du bon travail et elle a réalisé des personnages de grandes classes. Les sprites d’évolutions de vos héros sont eux aussi très réussit et c’est un réel plaisir de les voir évoluer au fil de l’aventure.
Hormis quelques sprites « moches » comme le héros avec ses « mèches rebelles » au début de l’aventure, l’équipe d’Amusement Vision a fait de l’excellent travail !

Le dernier point concerne les illustrations de dialogues, celles-ci sont très réussies, fidèles à l’original et l’arrivée des trois nouveaux personnages monte encore d’un cran cette qualité.
Par contre, petit détail surprenant, seul le héros se voit doté d’un nouveau design d’illustration, vos autres personnages quant à eux ne bougent pas après leur évolution. Chose un peu surprenante lorsque vous décidez de faire évoluer plusieurs personnages en même temps que votre héros .


Quelques illustrations de dialogue

Abordons maintenant la partie la plus intéressante de ce soft, le gameplay. Shining Force the Ressurection of the Dark Dragon est comme vous le savez un Tactical RPG. Ici, les ennemis n’apparaissent pas aléatoirement sur la carte et durant les combats vous ne disposez pas de jauge action pour attaquer. Comme son nom l’indique un Tactical RPG défini les softs dans lesquels les phases de combats représentent des batailles épiques durant lesquels le côté tactique est mis en avant plus que l’aptitude à tapoter sur une touche de la manette.
Ce gameplay rappelons-le a été la force majeure de Shining Force : The Legacy of Great Intention lors de sa sortie sur Mega Drive.

Le principe du jeu est au final très simple, vous dirigez au début de l’aventure, une équipe de six combattants, chacun ayant une race et une classe spécifique. Au cours de l’aventure il vous sera possible de recruter un grand nombre de nouveaux héros, mais seulement douze d’entre eux pourront être utilisés pour les combats.

Pour ce qui est des races et des classes vous pourrez rencontrer des Centaures chevaliers, des Elfes mages ou archer, des Birdmen sorte de chevaliers volants, un loup-garou, un samouraï, des guérisseurs et même des robots.
Toutes ces communautés avec leurs particularités spécifiques ajoutent du cachet à l’histoire et un côté tactique lors des combats en jouant sur l’environnement. Certaines surfaces s’avèrent alors plus appropriées que d’autres vis-à-vis d’un type d’unités particulier comme par exemple, les forêts qui ralentiront considérablement les chevaliers, alors que l’homme-loup, les archers et les Birdmen y seront à leur aise.


Quelques classes et races

Côté système de jeu, on retrouve la simplicité du système tel que l’ont connus les joueurs de l’époque, avec ses petites icônes bleues-jaunes bien lisibles et son rythme en trois temps. Le joueur commence par une phase de Déplacement sur un terrain répartit sous forme de damier. Ensuite vous pourrez définir votre action qui consiste en quatre options (Défence, Attaque, Objet ou Magie) et pour finir la Résolution du combat avec des personnages face to face.
Dans ce soft, plutôt que de jouer ses 12 pions d’un seul coup et regarder l’I.A. faire une boucherie juste après, l’ordre d’action est déterminé par la vitesse de chaque personnage sur le damier.

D’ailleurs, petite nouveauté introduite avec ce remake, il est possible de consulter l’ordre à tout moment, pour être bien sûr de ne pas se faire encercler plus tard par un trio de squelettes. Histoire de ne pas louper les objectifs secondaires de rapidité donnés en début de combat, un compteur, tout nouveau lui aussi, vient annoncer le début du tour.

Vos personnages passent de niveau tous les 100 points d’expérience gagnés, mais ce gain s’accompagne à chaque fois d’une remise à zéro des XP. Impossible de gagner plusieurs niveaux d’un coup, d’autant plus que le nombre de points d’expérience gagnés est limité à une certaine somme (48 en général).

Toujours pour parler d’expérience sachez que vos personnages ont la possibilité « d’évoluer » s’ils atteignent le niveau 10. Une fois le niveau atteint il suffit juste de retourner voir un prêtre et celui-ci après une bénédiction vous fera changer de classe. Ainsi Max (votre personnage) pourra atteindre sa classe de « Héros » par exemple. Cette perspective d’évolution permettra de booster les statistiques du personnage tout en le redescendant au niveau 1 et de lui permettre de s’équiper d’armes inaccessible pour lui auparavant .


Menu de statistiques et Introduction des batailles

En contrepartie il faut reconnaitre que le sort souffre de certains défauts. Tout d’abord, concernant les combats en général, le soft propose moins de trente missions, ce qui se révèle relativement peu, surtout par rapport au nombre important de personnages disponibles au sein de votre équipe.
Les missions se faisant rares et les ennemis devenant de plus en plus fort, il est extrêmement contraignant de tenter d’utiliser d’autres personnages que ceux utilisé habituellement ce qui fait que bon nombre d’entre eux sont laisser de côté.
Cela aurait pu être différent si le jeu n’était pas autant scripter. Le monde entièrement fermé de Shining Force empêche le joueur d’augmenter le niveau de certains personnages complètement à la ramasse avant de continuer l’aventure.
De ce fait, le jeu se révèle plutôt facile avec les personnages joués régulièrement car l’IA plutôt faiblarde, est restée inchangée depuis la version Mega Drive.
Au final il vous suffira juste de mettre à l’abri votre Héros entre vos guerriers lors de certaines phases pour déstabiliser les troupes ennemis.
Rajoutons que contrairement à son rival Fire Emblem, chaque personnage tombé au combat pourra être ressuscité grâce aux prêtres des villages, ce qui enlève une certaine tension lors des combats.
Pour finir, bien que l’idée des évolutions soit une bonne idée, celle-ci se retrouve complètement dérisoire face à des titres comme Final Fantasy Tactics Advance ou Tactics Ogre sur le même support, qui sont beaucoup plus riches sur ce point .

Agrandir cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.

Agrandir cette image

Tableau des classes pour Final Fantasy Tactics Advance et Tactics Ogre

Parlons aussi du système de menu qui, même s’il peut sembler simple et pratique au premier abord, se révèle d’une logique assez déroutante et aurait mérité plus d’attention lors du développement.
Malgré la présence d’un coffre collégial et de quatre slots supplémentaires par personnage pour placer des objets non équipés, ce système demande un réel temps d’adaptation et de réflexion avant d’être pleinement utilisable.
Quant aux objets du jeu, malgré la très bonne nouveauté introduite dans ce remake de gagner des objets puissants en finissant certains combats dans un temps limité, ceux-ci se trouvent être vraiment en nombre limité.
N’espérez donc pas customiser vos héros comme bon vous semble, hormis quelques nouvelles armes à acheter et quelques objets magiques à trouver le jeu se révèle vraiment pauvre de ce côté. Sur ce point aussi les joueurs préférerons surement les concurrents de Shining Force.

Changeons de sujet pour aborder la durée de vie du soft. Donc avec moins de trente missions et sa difficulté baissée, [i]Shining Force[/i] part avec un sérieux handicap. Malgré tout, l’équipe d’Amusement Vision a fait l’effort de rajouter une histoire annexe qui rajoute beaucoup de profondeur au jeu et une quête supplémentaire. Celle-ci rattachée directement à l’un des personnages (Mawlock) consiste à refaire un nombre incalculable de fois le jeu afin de trouver une cinquantaine de cartes. Ces cartes seront utilisables uniquement par Mawlock et lui servent de magie afin d’augmenter les capacités de vos coéquipiers.
Malheureusement il est difficile de dire si les joueurs auront le courage nécessaire pour refaire le jeu afin de trouver « quel personnage utiliser pour tuer tel boss afin de récupérer tel carte ». Les joueurs les moins persévérants devrons donc se contenter des cartes cachées sur les maps ou données par vos compagnons.


Mawlock et son système de cartes

Mais il faut reconnaitre que le jeu possède un point très positif, le rythme ! L’histoire et les combats s’enchaîne dans un rythme endiablé et il faut avouer qu’il est difficile de décrocher de ce soft.

Dernier point de ce test la bande son. Rappelons qu’à l’époque, Shining Force : The Legacy of Great Intention possédait une bande son incroyable qui marqua les esprits de possesseurs de Mega Drive. Encore une fois l’équipe de développement s’est surpassé en nous offrant des versions entièrement réarrangées des musiques du soft. Ces musiques sont entrainantes et de bonnes compositions.

Malgré tout il s’avère que celles-ci sont vraiment peu nombreuses et l’on a souvent l’impression d’entendre les mêmes musiques tout le long du jeu (une musique unique pour tous les villages…).

Pour ce qui est des bruitages ceux-ci ont été travaillés avec soin et il est vraiment très agréable, par exemple, d’entendre le hurlement de Zylo l’homme-loup lorsqu’il attaque .

En conclusion Shining Force Ressurection of the Dark Dragon se révèle être un très bon remake. Amusement Vision à réussit le pari de sortir un jeu agréable visuellement et très addictif. Malheureusement le soft possède de nombreux défauts et la concurrence intense sur ce support fera que les non-initiés au genre lui préféreront l’un des autres hits de la console.
Les fans inconditionnels de la série pourrons quant à eux se dire dors et déjà qu’ils passeront un excellent moment en compagnie de leurs héros favoris.


Les points forts :

– Une bonne réalisation lors des combats
– Des personnages charismatiques
– Le rythme
– Des musiques épiques
– Jeu addictif
– Traduction en 5 langues

Les points faibles :
– Réalisation générale très en dent de scie
– Scénario parfois confus
– Certains personnages inutiles
– Jeu trop scripter
– Peu d’équipement
– Le système de menus tirer par les cheveux
– Musiques répétitives

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s