Chaos Field Expanded – Nintendo Gamecube

Par MrBrightside
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Bon on va pas se mentir, je n’ai aucune expérience pour ce qui est du JV dans la catégorie shmup donc ce test est celui d’un néophyte total qui n’a aucune véritable référence sur laquelle s’appuyer. Donc j’annonce par avance qu’il est tout à fait possible que je souligne des défauts qui n’en soient pas vraiment et vice versa avec les qualités.

Chaos Field, sorti en 2004 sur Dreamcast puis adapté sur Gamecube et PS2 en 2005 est un shoot’em up développé et édité par Milestone. Ici nous parlerons de la version Gamecube qui propose par rapport à la version originelle sur Dreamcast un mode supplémentaire qui sera complètement éludé puisqu’il n’apporte presque rien de nouveau (ajout de quelques ennemis avant les boss, pas de quoi fouetter un chat en somme).

Il s’agit donc d’un manic shooter avec pour fond scénaristique (inutile mais qui fait toujours plaisir) l’invasion de la Terre par des espèces extra-terrestres. Il nous incombe donc de défendre notre planète contre l’envahisseur. Pour ce faire vous avez le choix entre trois pilotes chacun muni d’un vaisseau particulier avec des caractéristiques particulières.

image1 image2

Enfin « des » caractéristiques, c’est plutôt vite dit car au final seul le tir de base change. L’un tire de manière « classique » avec des tirs espacés en ligne droite, le second tire des lasers qui ciblent automatiquement les ennemis et le dernier tire des ondes de choc. Les trois possèdent une sorte de coup d’épée permettant d’éliminer toutes les boulettes environnantes des ennemis ainsi qu’une attaque spéciale faisant de gros dégâts en zone. Chaque vaisseau peut se faire toucher trois fois avant d’exploser.
Malgré les maigres changement entre chaque personnage, la simple modification du shoot permet une variation relativement importante du gameplay, la fréquence, le pattern et les dégâts des tirs changeant selon le perso, il nous est alors impératif de s’adapter à ses changements et de prévoir de nouvelles stratégies d’attaque et de défense en conséquence.

image3 image4 image5

Le scrolling se fait à défilement vertical et on trouvera pour seuls ennemis des boss. Il y’a cinq stages composé chacun de trois sous-zones, chacune comportant un boss. Soit 15 boss au total, chacun avec un pattern différent. Du fait du nombre très faible d’ennemis on sent un peu comme un gros vide: on a l’impression d’arriver directement à la fin de chaque niveau, il n’y a aucun cheminement qui annonce le gros ennemi de fin et par conséquent une sorte de manque se crée. Toutefois une fois ce moment déstabilisant passé on s’habitue à tomber seulement sur des énormes machines munies d’un grand nombre de PV et ça roule.

L’idée vraiment innovante du jeu est de permettre au joueur de passer à tout moment d’un mode « facile », l’Order Field, au mode « difficile », le Chaos Field en pressant un simple bouton. Le premier constitue le mode qu’on pourrait qualifier de normal, ou « de base ». Le second quand à lui déclenche une véritable poussée d’hormones chez les ennemis, c’est quand ce mode Chaos Field est activé qu’on sent qu’on a à faire à un manic: les boss tirent en continue et remplissent l’écran de boulettes, et à côté de ça les dégâts de vos tirs sont augmentés. C’est également dans ce mode que vous pouvez faire le plus de points, car n’oublions pas que nous parlons d’un shmup, c’est à dire un jeu à scoring. Il faut donc jongler entre les deux Field pour aller le plus loin possible en faisant le plus de points: allier difficulté et facilité selon les moments les plus opportuns pour scorer un max!

image6 image7 image8

Du point de vue graphique Chaos Field est passable. Les boss sont en général bien réalisés, avec des animations convenables mais surtout de beaux sprites. En revanche rien que notre vaisseau laisse à désirer, les effets de shoots sont fades et répétitifs et surtout le mélange des couleurs est mal dosé. On confond parfois des tirs ennemis avec les siens, en mode Chaos Field on se surprendra souvent à se perdre dans la mêlée à cause d’un manque de clarté évident souligné par une visibilité trop faibles de notre personnage et de ses shoots. Ne parlons même pas des écrans de fond totalement dénués d’intérêt qui ne présentent absolument aucun apport au jeu. Ils ont quand même le mérite d’être là.

À cela on peut également ajouter l’imprécision des hitbox, on verra de nombreuses fois notre vaisseau se faire toucher par des boulettes sans perdre de points de vie…

Du point de vue sonore il n’y a pas de reproches à faire, tout comme il n’y a pas d’éloges à formuler. L’ambiance est présente mais pas transcendante, il n’y a absolument rien à dire dessus, que ce soit en bien ou en mal.

Au final Chaos Field est un jeu plat, répétitif, sans véritable consistance. Le fait qu’il n’y ait que des boss, l’absence de bonus et d’autres ennemis clame un vide qui gênera plus d’un joueur. Le gameplay proposé par les trois héros permet de varier un peu le plaisir mais offre au final un changement trop maigre qui ne suffira pas à alimenter le plaisir de jeu, d’autant plus que l’environnement sonore et tout particulièrement graphique laissent à désirer. Toutefois l’idée de pouvoir changer de difficulté à tout moment offre un plus au jeu qui lui vaut quand même le mérite d’innover. Le changement est instantané et efficace, et apporte une richesse au gameplay qu’on souhaiterait voir dans plus de jeu.

Chaos field gagne donc un 11/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s