Phantasmagoria – PC

Par mickmack
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Phantasmagoria, Jeu PC sorti en 1995, est un jeu Sierra réalisé sous l’égide de Roberta Williams, et est un point&click en FMV.

Hou la, ça fait beaucoup. Détaillons un peu. Roberta Williams était la chef de l’époque chez Sierra, une fabrique de bons jeux et d’excellents p&c. Cette dame est notamment la maître d’oeuvre des fameux king’s quest, qui revisitaient les contes de fées de façon humoristique mais toujours assez gentille. Et puis visiblement elle en a eu assez, des années de frustration à ne faire que des choses gentillettes sans dire ce qu’on pense vraiment tel un coréen du Nord obligé de pleurer son dictateur mort. Alors elle a commis ce jeu, un jeu d’horreur en full motion vidéo. C’est à dire que toutes les scènes du jeu incluant les personnages sont filmées sur fond vert, et que les décors sont inclus ensuite.

Un petit détail de l’histoire du jeu, sans trop spoiler: vous incarnez Adrienne, qui vient d’acheter une maison avec son tout frais mari Rocky Donald. Comme le canard, oui. Donc elle le surnomme Don pour que ce soit moins rigolo. On est dans un jeu d’horreur ici, on ne se marre pas comme un black à qui on aurait fait croire qu’on en a une plus grosse que la sienne. Le souci est que cette maison a appartenu à un célèbre magicien adepte de magie noire, décédé dans des circonstances atroces et dont toutes les épouses ont mystérieusement disparu, telles des touristes en goguette dans le Niger profond.

Le jeu est divisé en 7 chapitres, chacun lancé par un petit film présentant l’état de la situation et hop, Adrienne doit se débrouiller pour trouver quoi faire car on ne sait jamais trop ce qu’on doit réaliser pour faire avancer l’histoire.
On se promène dans la maison, on va en ville, on trouve des objets, on parle avec des gens (dialogues dirigés et sans choix car filmés). Et ainsi de suite, jusqu’à voir affiché « fin du chapitre ». L’inventaire est aussi petit que la valise d’un immigré clandestin, 8 objets, pas besoin de plus. Et un crane rouge en bas de l’écran vous donne un indice si vous êtes réellement bloqué. Pourquoi est-ce que je passe si vite sur le gameplay, simplement parce qu’il est limité et simplissime. Pas d’icones, si le curseur est rouge on clique et quelque chose se passe, sinon on cherche les zones rouges. C’est tout et aussi limité qu’un chti devant un livre de Goethe.

Tout l’intérêt de ce jeu est de déclencher les animations et de suivre l’histoire comme on suivrait un film d’horreur devant sa télé. Sauf que la, on peut diriger son héroine, la faire se balader, et de cette façon on apprend des petits détails de l’histoire à son rythme, c’est très intéressant et assez fascinant.

Passons sur les incohérences du scénario, comme le fait d’acheter une maison et de ne pas tilter qu’au moins 200m² habitables ne sont pas sur le plan et sont des pièces secrètes, voir des fantômes sans en parler à son mari qui se trouve 1 étage en dessous, etc…

Et arrivons-en au principe du jeu: c’est un jeu pour adultes, donc il y a des scènes chaudes, qui virent quasiment au viol, et surtout des scènes gore.

Alors au début c’est gentillet, c’est le gars qui arrive par surprise et fait sursauter, et vers la moitié du jeu ça prend un virage très serré tel Schumacher sur une piste de ski… ça vire au dérangeant comme de trucider une femme à coup de truelle dans la bouche, pour finir dans le gore absolu lors de la course poursuite finale, au cours de laquelle chacun de vos choix pourra conduire Adrienne à une mort atroce.

Attention, la vidéo suivante peut choquer, et ce n’est pas le pire du jeu, du tout…

Les acteurs sont plutôt bons, quelques doublages sont ratés mais le jeu s’en sort tout à fait honorablement même comparé aux standards actuels. Certaines scènes filmées sont involontairement drôles, grâce à l’actrice principale qui ne joue pas moins bien que 95% des blondasses de Hollywood mais est visiblement aussi douée de ses mains qu’un paraplégique grabataire.
Du coup, quand elle doit démonter une cloison de bois avec un marteau, ou un mur de brique (apparemment pas monté par un portugais) avec un coupe papier, elle met une plombe, casse les outils, et je ne suis pas sûr que c’était prévu dans le script… c’est tordant.

Je me suis beaucoup amusé à ce jeu. Il est prenant, original, et on le finit avec plaisir en se disant qu’on en aurait bien repris une louche. Que peut-on finalement lui reprocher? Qu’on a pas grand chose à faire et que parfois on glandouille autant qu’un chômeur en fin de droits, mais comme le jeu est assez court (5h environ si vous faites bien le tour) ça passe.
Que certaines scènes ont mal vieilli niveau technique, oui, mais le jeu n’était pas prévu pour être joué 20 ans plus tard, et ça reste globalement tout à fait agréable, on a l’impression de regarder un film en streaming un poil compressé.

En fait, on peut surtout lui reprocher son ramassis de clichés. Le manoir hanté, le magicien fantome, la blonde godiche qui court tel un breton vers une bouteille de chouchen… ça, c’est facile et pas très glorieux. Messieurs dames de Sierra, vous devriez avoir honte.

Graphismes: 9,5/10 pour l’époque, 5 maintenant. De la vidéo qui a moyennement vieilli techniquement, si vous n’aimez que la HD fuyez.
musique et sons: 10/10. Des chants grégoriens enregistrés spécialement pour le jeu, des bruitages réussis, dialogues quasiment impeccables.
jouabilité: 6/10. on promène le curseur, on clique, c’est simplissime mais je crois que c’était le but recherché.
Intérêt: 9/10 pour le premier run. On veut absolument savoir la fin.

Global: 9/10.
Je pense que ceux qui n’ont connu le JV PC qu’après 2000 n’éprouveront pas le même sentiment que moi, mais j’avais le sentiment de vivre quelque chose d’assez grand en jouant à ce jeu. Une expérience courte mais intense.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s