Avenging Spirit – Arcade

Par CTJ
En discuter avec l’auteur du test sur le forum

 
Ca ne saute pas aux yeux lorsqu’on allume une télévision autour de 20h mais on vit une époque formidable. En tout cas en tant que joueur, pas de doute, nous vivons une époque formidable. Bien sûr le dématérialisé, les DLC et autres micro-paiements fleurissent un peu partout et ce n’est pas pour me réjouir mais ce qui est certain c’est que mon malheureux PC portable acheté d’occasion il y a peu peut faire tourner, dans ses 2cm d’épaisseur, tous les jeux que contenaient les bornes d’arcade de notre jeunesse désormais à disposition dans mon salon. Enfin de votre jeunesse certainement mais pas de la mienne car ma connaissance de l’arcade se limite à Bomb Jack, Mad Dog McCree ou un peu plus tard Radical Bikers et Crazy Taxi, que j’avais pu essayer lors de quelques été sur les plages de Vendée. Alors c’est forcément un gigantesque catalogue de jeux qui s’ouvre à moi, jeux inconnus et symboles d’une époque où ils étaient au top de la technique et du divertissement.

Parmi ceux-ci, au milieu de centaines de Beat’m All et de Shoot’em up classieux, s’est distingué « Avenging Spirit » dont je n’avais jamais entendu parler. Pourquoi lui ? Je ne sais pas trop. Peut-être le sympathique fantôme sur l’affiche du jeu ou le titre un poil racoleur. Non … arrêtons là les fausses excuses. En fait pour être honnête c’est la promesse qu’il m’a faite, à laquelle j’ai eu envie de croire. Pourtant je joue depuis près de 25 ans alors les promesses dans le jeu vidéo je connais et je ne devrais plus y faire attention. Vous savez ces promesses que font les jeux de vous offrir des possibilités de gameplay folles, dont vous rêvez et que personne n’a réussi à concrétisez avant eux. On le sait bien maintenant que ces promesses c’est du flan, qu’en fait on nous sert toujours le plat en changeant un peu l’assaisonnement ou le dressage. Mais quand même, ça vaut toujours le coup d’essayer. On ne sait jamais …

Ce que nous promet « Avenging spirit » c’est de jouer un fantôme qui pourra prendre possession de TOUS les ennemis. Il y aurait donc des dizaines de personnages jouables dans ce jeu ! En effet le joueur incarne un malheureux qui se fait descendre dès le début du jeu. Les méchants zigotos qui ont fait ça ont dans le même temps kidnappé la fille d’un professeur (beau papa donc) qui fait des recherche sur les énergies spirituelles. Il envoie à la rescousse de sa descendance un petit fantôme qui, à travers les corps possédés de ses ennemis, devra affronter tous les dangers dans un jeu d’action-plateforme des plus classique dans la structure générale (saut+tir).

Ce qui est étonnant, autant vous le dire tout de suite, c’est que le jeu n’a pas menti. Il est en effet possible de jouer tous les ennemis du jeu (à l’exception des boss, ce qui semble évident sinon ils seraient vite vaincus …) en allant habiter leurs corps. Non content de tenir cette incroyable promesse le jeu fait encore mieux en donnant à chaque personnage des aptitudes différentes : vitesse, hauteur de saut, armes, énergie, … tous les ennemis diffèrent. Chacun aura sans doute sa préférence mais certains personnages se révéleront plus efficace que d’autres pour traverser les niveaux ou contre les boss. Il faut donc avoir un oeil sur les jauges de vies : celle de notre hôte que l’on devra quitter s’il subit trop de dommage mais aussi celle du fantôme qui se réduit bien vite lorsque notre ami est à découvert et transite vers un nouveau corps à squatter.

Voilà quelques uns des dizaines de personnages jouables (il en manque, notamment des dragons. Mention spéciale au vampire pervers ^^) :

Le problème avec les promesses, et encore plus quand elles sont tenues, c’est que ça fait fonctionner ma boîte à imagination. En fait je me mets à rêver d’univers très différents d’un niveau à l’autre, avec des ennemis en conséquence : des ninjas fous dans des forêts de bambous ? Des voyous dans des rues sombres ? Des extraterrestres dans une base futuristes ? Des dindons dans une ferme ? Des putes dans un bar ? … Et c’est là que le jeu pèche sérieusement. Il n’y a pas vraiment d’univers ni d’enchaînement cohérent à tout cela. On traverse des niveaux sans identité, sans intérêt, peuplés de personnages curieux et qui n’ont pas de lien avec l’endroit où ils se trouvent : des yogis dans une usine qui croisent des magiciennes qui font des boules de neige ? Des gangster côtoyant des dragons dans la rue ? Des papys joueurs de base-ball vous attaquant en même temps que des rambos lanceurs de grenades ? Pas de soucis, il y a tout ça en même temps dans Avenging Spirit. Du coup le jeu n’a pas d’univers et pas de « bestiaire » vraiment identifiable… Il en va de même pour les boss qui sont bien peu inspirés à mon sens.

Ce qui est marrant dans ce jeu c’est qu’on peut aller au bout sans sauver la fille, et même plus précisément en la tuant. Pour sauver la miss il faut 3 clefs qui ouvriront la porte de sa cellule. Si en arrivant devant la poste vous n’avez pas les clefs et bien … dommage pour elle. Après tout il faut viser l’intérêt général et continuer la mission, même avec des pertes collatérales. Donc notre petit fantôme fait tout sauter en espérant que, bien qu’enfermée à triple tour dans une prison, la demoiselle s’en sorte saine et sauve. Magique. Évidemment il existe aussi une « bonne » fin.

Notez pour les plus curieux que le jeu existe sur Iphone (et autres téléphones ?) mais aussi sur GameBoy. Cet épisode, que je n’ai pas essayé, peut également être retrouvé sur l’eshop de la 3DS.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Avenging Spirit – Arcade »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s