Megaman – Nintendo Nes

Par Kawet

Cover US Cover EURO Cover Jap

Nom: Megaman
Genre : Action / Platformer
Plateforme: Nes
Développeur: Capcom

1 2 3 4

Date de sortie originelle: 1987
Éditeur (Région): Capcom (ALL)
Autres plateformes : Megadrive, PS1, PS2, Gamecube

 
———————————-

 
Megaman (Rockman au Japon) développé par Capcom sur NES est le premier épisode d’une série à succès encore encensée aujourd’hui.

Mega Man est à l’origine un androïde dénommé Rock, créé par le génial Dr. Light et son assistant le Dr. Wily. ils construisirent également 6 autres robots destinés à remplir des tâches industrielles pour le bien de Monsteropolis : Cut Man, Guts Man, Ice Man, Bomb Man, Fire Man, et Elec Man. Mais le Dr. Wily va trahir le Dr. Light et reprogrammer ces 6 robots pour conquérir le monde. Pour contrer ces plans machiavéliques, le Dr. Light va transformer Rock en robot de combat armé du Mega Buster, un canon placé au bout de son bras.

Mega Man est un jeu d’action/plate-formes en 2D découpé en 7 niveaux, et considéré comme étant difficile, notamment du fait de l’absence de sauvegarde et de système de mot de passe. Les 6 premiers niveaux abritent chacun un robot du Dr. Wily que Mega Man devra vaincre avant de pouvoir poursuivre le combat dans un dernier niveau découpé en plusieurs zones, comprenant des dangers encore plus grands et plusieurs boss, dont le Dr. Wily lui-même. Un des aspect révolutionnaire à l’époque était la possibilité de choisir par lequel des 6 premiers niveaux commencer l’aventure.

Une autre particularité de cette série est la faculté de Mega Man à s’accaparer les armes des boss vaincus lui permettant ainsi de modifier son Mega Buster. Cela permet en outre de vaincre plus facilement les boss car chacun présente une faiblesse vis-à-vis d’une arme bien spécifique.

A sa sortie, Mega Man est un des jeux les plus abouti sur cartouche, tant sa musique, son gameplay innovant (dosage du saut, liberté du choix de stage, retour aux niveaux déjà terminés…) et ses graphiques le démarquent alors fortement des autres productions. Malgré les ventes faibles de ce premier épisode, la série connu par la suite un succès retentissant dans le monde du jeu video avec plusieurs suites et spin-off.

Cet épisode a fait l’objet de plusieurs remakes : On le retrouve avec Megaman 2 et Mega Man 3 dans « Mega Man: The Wily Wars », une compilation disposant de quelques améliorations graphiques et sonores sur Megadrive. Plus tard ce sera dans la compilation « Rockman Complete Works » sur PlayStation, puis dans « Mega Man Anniversary Collection » pour PS2, GameCube et Xbox. Il ressortira également sur console virtuelle successivement pour la Wii, la 3DS et la WiiU. Il fait aussi l’objet d’un bootleg sur PCE. Enfin, la version « Rockman Complete Works » est quant à elle aussi remise à disposition du public japonais et nord américain sur le PSN.

Un autre remake plus radical, notamment au niveau graphique, est « Mega Man Powered Up » sorti sur PSP. On y trouve un Mega Man au style Chibi en 3D, avec une tête large et un corps très petit. Keiji Inafune, le célèbre chara-designer de la série, voulait que le tout premier Megaman soit ainsi, mais les limitations techniques de la NES ne le permettaient pas.

A noter : Une astuce (corrigée dans les remakes) permet à Mega Man de cumuler les dégâts sur les ennemis. Pour cela il suffit d’utiliser l’arme d’Elec Man et d’appuyer de manière répétée sur le bouton de pause : chaque retour à la partie comptabilise de nouveau les dégâts.

Mega Man est également le seul épisode de la série à disposer d’un système de scoring

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s