Atari Jaguar

La Jaguar d’Atari est une console difficilement cernable. 16Bits , 32bits, 64bits ??? La question soulève toujours les débats quand quelqu’un se donne la peine de bien vouloir les lancer. Mais, il convient de dire que la machine, sortie en 1993 aux USA et durant l’année 1994 en Europe et au Japon, a surtout été très mal exploitée (aussi bien commercialement que techniquement) !!!

Tout commence en 1989 quand Martin Brennan, l’un des fondateurs de Flare Technology (un fabriquant de micro-ordinateurs) est contacté par Atari pour travailler sur un projet commun sous couvert d’une nouvelle entité commerciale : Flare 2 LTD.

En 1990, la société annonce à son actionnaire principale (Atari) qu’ils sont en mesure de lancer des machines rentables plus puissantes que les consoles 16bits présentes (ou en devenir) sur le marché (Megadrive et Super Nintendo) en utilisant des technologies 32 et 64bits.

jag001

En novembre 1993, la Jaguar est lancée des cendres d’un premier projet abandonné (le projet Panther) dont elle héritera d’une partie de son architecture.


1- Données techniques :

La console est construite autours de 3 processeurs. Les deux premiers, appelés Tom & Jerry, sont des puces dédiées respectivement à la vidéo et au son et le troisième est le manager de tout ce petit monde.

jag002

Tom est en fait constitué de 4 processeurs :

– un processeur graphique 32bits chargé de calculer les points trigonométriques (qui servent à créer les arêtes des formes géométriques) pour la gestion de la 3D.
– un processeur 64bits orienté objet chargé de faciliter la tâche de la gestion des emplacements par la création d’objets pouvant être utilisés et placés un peu n’importe ou dans les programmes.
– un blitter 64bits qui prend en charge la gestion des textures, des sprites, des plans de scrollings, bref, tout ce qui touche à la manipulation d’image.
– un contrôleur mémoire 64bits DRAM pour la gestion de la mémoire.

Le processeur tourne à une fréquence d’horloge de 25,59MHz et est couplé à 2Mo de mémoire RAM sur bus 64bits.

Jerry est lui aussi composé de plusieurs processeurs :

– un DSP 32bits pour la gestion des effets sonores numériques.
– un synthétiseur AM/FM à table d’onde pour générer la musique.
– un contrôleur pour les manettes de jeu.

Le processeur est donné pour une cadence de 26,6Mhz.

jag003

Le processeur manager est un Motorola 68000 (cadencé à 13,29MHz) que l’on retrouve dans un très grand nombre de machines à cette époque (Megadrive, Saturn, NeoGeo,…) et qui a donc déjà bien fait ses preuves !!! L’avantage de ce processeur est qu’il peut être exploité en 16 ou en 32bits !!! La ou le mode 16bits exécute les données pour chaque coup d’horloge (la cadence du processeur), le mode 32bits fort logiquement en utilise deux, ce qui a pour effet de le rendre plus lent, mais plus puissant !

Il réside toujours un débat sur le positionnement de la machine dans le perfectible classement de générations de hardwares. La complexité du schéma technique de la machine, utilisant des processeurs de 16/32 et 64bits laisse perplexe un grand nombre de personnes.
Si l’on se base sur le processeur centrale de la console, on est sur une machine 16/32bits très exactement comme pour l’Atari ST (qui, je le rappel, est nommé Sixteen/Thirty-two en rapport à son processeur 16/32).

Ce qui est certain, par contre, c’est que la Jaguar est effectivement la première console de salon à incorporer des composants 64bits dans son chipset.


2- Période de production :

Parée d’un packaging (aussi splendide que simple) noir et sang possédant deux gros yeux jaunes de félin vous fixant, la Jaguar se retrouve donc officiellement sur les étales américains à la fin de l’année 1993 puis en Europe en début d’année 1994 pour enfin finir au pays du soleil levant en fin de cette même année (novembre pour être précis).

jag004

Le public découvre alors une console au design racé et parée d’une belle couleur anthracite avec quelques touches de rouge vif. Le média choisi est la cartouche ROM et la surprise vient du contrôleur de jeu qui est d’un genre…pas très commun pour l’époque !!!

jag005

Le Jaguar Controller est un pavé imposant qui se retrouve entre les mains des joueurs !!! La manette est composée, pour sa partie classique, d’une croix de direction, des classiques touches « pause » et « option » et de 3 boutons d’action nommés A, B et C.

jag006

Plus tard, un second contrôleur fera son apparition (le Jaguar Pro Controller) avec cette fois-ci 3 boutons d’action supplémentaires (X, Y et Z) ainsi que 2 gâchettes de tranche (L et R). Le pad est compatible avec l’ensemble de la ludothèque de la Jaguar mais certains jeux seront développés pour fonctionner exclusivement avec lui alors que d’autres seront bien plus intéressant à pratiquer grâce aux gâchettes de tranche.

jag007

Liste complète des jeux destinés au Pro Controller :

BattleSphere Gold, Atari Karts, Battlemorph, BattleSphere, Fight for Life, Missile Command 3D, Primal Rage, Total Carnage.


Ce qui n’est plus très commun dans à la fin de cette première partie des années 90, c’est de voir débarquer une sorte de clavier incorporé à la manette, ayant pour but d’accueillir… des overlays (inserts plastiques à poser sur la manette et offrant ainsi les indications de fonctions des touches spécifiques et uniques à un jeu).

Le joueur se retrouve donc avec l’équivalent d’un petit pavé numérique composé de 12 boutons sur lequel il a la possibilité de poser ses inserts et ainsi avoir un accès direct à des fonctionnalités de gameplay d’un jeu. Seulement une douzaine de titres en feront usage comme :

jag007
Alien Vs Predator

jag008
Cybermorph

jag009
Doom

jag010
Iron Soldier

Liste complète des jeux avec overlay :

Alien vs. Predator, Baldies, Battlemorph, Blue Lightning, Cybermorph (1 Meg), DOOM, Hover Strike ,Hover Strike: Unconquered Lands, Iron Soldier, JagMIND: Bomb Squad, Trevor McFur in the Crescent Galaxy, Wolfenstein 3D.

jag011
Pad Jaguar Avec Overlay


Une difficulté de programmation accrue et des bugs dans le hardware feront que la Jaguar sera délaissée par les éditeurs. De même, la communication marketing d’Atari sera relativement désastreuse, ce qui n’aidera pas à faire décoller les ventes. La première année d’exploitation ne verra qu’une petite centaine de milliers d’exemplaires écoulés…

Mais la plus grosse menace qui pèse sur la Jaguar est l’arrivée imminente de la Saturn et de la Playstation avec des caractéristiques techniques alléchantes et dont les éditeurs tiers commencent à teaser les futurs jeux qui tourneront sur ces futures machines… Leur mise sur le marché confirmera cette crainte en finissant d’achever les ventes peu glorieuses de la Jaguar !!!

Le message marketing deviens claire : il faut imposer la puissance de la Jaguar par rapport aux machines concurrentes par tous les moyens !!! Les états-unis permettant la publicité comparative, le département communication d’Atari ne s’est pas fait prier pour comparer publiquement les capacités techniques et les prix des machines du marché !!!

jag012

jag013

jag014


Pour tenter de ne pas se faire distancer par le principal atout des machines concurrentes (le CD-ROM), Atari sortira un add-on, le JagCD, pour essayer de remettre sa console dans la course. Le périphérique sortira en septembre 1995.

jag015

jag016

Ce périphérique se branche sur le port cartouche de la machine et s’insère parfaitement dans le design de cette dernière avec pour effet d’offrir un assemblage visuellement très plaisant.

jag017

Il offre un port cartouche sur le dessus afin de pouvoir jouer aux jeux classiques sans avoir à débrancher l’ensemble mais aussi pour pouvoir accueillir une carte mémoire nécessaire pour la sauvegarde des jeux sur support CD.

jag018

Ce périphérique n’aura une durée de commercialisation que très limitée de quelques mois et,  seulement une douzaine de titres sortirons dessus comme par exemple :

– Blue Lightning.
– Dragon’s Lair.
– Myst.
– World Tour Racing.

Liste complète des jeux JagCD :

Baldies, Battlemorph, Blue Lightning, Brain Dead 13, Dragon’s Lair, Highlander: The Last of the MacLeods, Hover Strike: Unconquered Lands, Iron Soldier 2, Myst, Primal Rage, Space Ace, Vid Grid, World Tour Racing.


Durant son existence, la Jaguar bénéficiera de quelques petits accessoires utiles à une poignée de jeux :

Le Jaguar Team Tap :

jag019

Un adaptateur multi-joueurs permettant de brancher 4 pads simultanément. Le contrôleur de manettes de la Jaguar aurait permis de connecter 2 adaptateurs pour un total de 8 joueurs maximum, mais cela ne sera jamais le cas !!!

Seulement deux jeux officiels en feront l’usage :

– NBA Jam TE.
– White Men Can’t Jump.

Le Jaguar JagLink Interface :

jag020

Ce kit permet de connecter 2 Jaguars en réseau direct. Il est vendu avec 2 adaptateurs se branchant à l’arrière des consoles et permettant la liaison des données entre les machines.

Seulement 3 jeux tireront parti des possibilités de ce kit :

– Air Cars.
– Battle Sphere.
– Doom.

Au premier trimestre de l’année 1996, Atari jette l’éponge sur le marché des consoles de jeux et stop la production de sa Jaguar. Avec seulement 250.000 exemplaires écoulés, le bilan de la machine est désastreux pour la firme.


3- Les jeux :

Coté ludothèque, la console ne laisser pas un palmarès très important. Il sera même ridicule pour tout dire avec environ 80 jeux en tout et pour tout (tous supports confondus) !!!

Parmi ces jeux, on retrouvera, bien entendu, quelques licences issues des séries des rares éditeurs ayant eu le courage de porter leurs productions sur la machine d’Atari. Certaines de ces productions seront d’ailleurs considérées comme supérieur aux versions tournant sur les 32bits désormais sorties sur le marché. C’est le cas notamment de Doom et de Rayman.

Les jeux 3D se trouvent être très en dessous de ce que propose la concurrence des 32bits pour une machine censée être bien plus puissante… Pour résumer le tableau, ce sont des jeux en 3D polygonale, pour la plupart non texturée, qui ressemblent plus à un mélange de jeux 16bits tournant sur SuperFX ou SVP (Starwing sur SNES ou VirtuaRacing sur MD) et de jeux Megadrive 32X… Bref, c’est pas la joie et les détracteurs du genre passeront leur chemin pour se concentrer sur les jeux 2D, bien plus plaisants…

Malgré tout, on assiste à quelques surprises dans cette catégorie, surtout en matière de FPS, mais pas que :


Alien Vs Prédator (Rebellion-1994)

Doom (ID Software-1994)

Hover Strike (Atari-1995)

Iron Soldier (Eclipse Software-1994)

Tempest 2000 (Atari-1994)

Wolfeinstein 3D (ID Software-1994)

Coté 2D, le choix possible est quand même plus conséquent !!! Certains jeux sont vraiment très beaux et tirent parfaitement partie des capacités graphiques de la machine  :


Attack Of The Mutant Penguins (Sunrise Games-1996)

Brutal Sports Football (Teque Software-1994)

Pinball Fantasy (Digital Illusions-1995)

Power Drive Rally (Rage Software-1995)

Raiden (Seibu Kaihatsu-1993)

Rayman (Ubisoft-1995)

Et il y a aussi quelques titres pas forcément spectaculaires mais qui sont quand même très intéressant :


Cannon Fodder (Sensible Software-1994)

Evolution : Dino Dudes (Imagitec Design-1994)

NBA Jam TE (Akklaim-1996)

Pitfall : The Mayan Adventure (Activision-1995)

Worms (Team 17-1995)

Zool 2 (The Warp Factory-1994)

4- L’héritage :

La Jaguar fait partie des quelques consoles bénéficiant d’un développement de jeux par des particuliers ou des studios indépendants sous la forme de homebrews.

Bon, il est quand même de bon ton de prévenir qu’il ne faut pas s’attendre à des jeux d’une qualité exceptionnelle (certains sont quand même très bon) mais, la communauté reste assez productive et de nombreux titres sont relativement souvent commercialisés par le biais de structures de diffusion indépendantes sur le support JagCD (l’absence de ce dernier n’aurait probablement pas permis la réalisation de ces jeux)

Je vous invite à prendre connaissance du documentaire Homebrew Heroes sur Youtube (4 parties en  anglais) qui présente certaines de ces productions.



5- Conclusion :

Le manque de développeurs, le marketing insuffisant (même très hasardeux) d’Atari, un calendrier de sortie mal étudié ainsi qu’un lobbying de la part de la concurrence sur la presse écrite de l’époque (rappelons que l’internet n’existait pas encore dans nos foyers) ont eu raison de l’avenir de la Jaguar.

Une chose est à constater et à bien mettre en avant : la Jaguar n’est pas une mauvaise machine !!! C’est en effet une console puissante malheureusement sous-exploitée !!!

Les jeux dont les développeurs se sont donnés la peine de bien programmer sont de pures merveilles et, même si la 3D n’est pas de très bon niveau, certains jeux 2D n’ont rien à envier à certaines productions sur les 32bits concurrentes…


On pourrait même, sans trop d’exagération, s’amuser à comparer certains jeux avec des équivalences  en arcade et notamment sur une des références en la matière : le système NeoGeo de SNK (toujours en activité à l’époque de la sortie de la Jaguar puisque l’AES cessera d’être produit en 2004).

Brutal Sports Football(Jaguar) Vs Football Frenzy(AES/MVS) :

Power Drive Rally(Jaguar) Vs Trash Rally(AES/MVS) :

Attack Of The Mutant Penguins(Jaguar) Vs Captain Tomaday(AES/MVS):

Force est de constater que la Jaguar n’a rien à envier à un système connu et reconnu pour ses qualités graphiques hors normes et, de surcroît, tournant avec un processeur central identique (le Motorola 68000) à une cadence très proche (12Mhz pour la NeoGeo contre 13,29Mhz pour la Jaguar).

N’en déplaise à certain, le chipset 32/64bits gérant la partie graphique de la machine est clairement supérieur à tout ce qui se faisait à l’époque !


Il faut se dire que la Jaguar est une console à découvrir, belle, puissante, avec quand même une ludothèque composée d’une vingtaine de jeux parfaitement exploitables (c’est peu mais parfaitement suffisant) ainsi qu’une soixantaine d’autres allant du moyen au très mauvais mais qui peuvent plaire à certains (les goûts et les couleurs…).

Il existe des émulateurs (dont je ne ferais pas la promotion ici) qui vous permettrons de juger par vous même de la qualité (et de l’intérêt) des jeux cités dans ce dossier alors, n’hésitez pas à vous forger votre propre opinion sur la ludothèque de la Jaguar et, pourquoi pas franchir le pas de l’acquisition physique de la console…

DarkPengoo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s