Golden Sun – Nintendo Game Boy Advance

Golden Sun - Notes

Par Mr Brightside

En discuter avec l’auteur du test sur le forum

Bien connu pour la conception de la majeure partie des opus de la série à succès Shining et après avoir marqué la ludothèque de la Gameboy Color avec les précurseurs respectifs des séries Mario Tennis et Mario Golf, le studio de développement Camelot Software Planning lance en 2001 sur Gameboy Advance l’un des futurs indispensables de la console: Golden Sun. Avec une jaquette qui fait forte impression, un pitch alléchant au possible, des dévs qui ont fait leur preuve et une réputation qui n’est plus à faire, le soft nous met en haleine avant même qu’on ait inséré la cartouche si bien qu’une crainte étouffante nous serre la poitrine: celle de la déception. Alors, a-t-on raison de paniquer ou bien peut-on se jeter sauvagement sur le jeu le cœur léger?

HISTOIRE

Commençons par le scénario. Le jeu met en scène un jeune homme du nom de Vlad ainsi que son compagnon Garet issus du village de Val, une petite bourgade située à flanc d’une montagne légendaire: le Mont Alpha. Au cœur de celui-ci a été érigé Le temple de Sol, lieu sacré protégeant les quatre étoiles élémentaires, entités originaires du pouvoir de l’Alchimie, ancienne magie disparue qui permettait aux hommes dans des temps reculés de jouir de puissants pouvoirs nommés Psyénergies. Ces gemmes correspondent respectivement comme l’indique leur nom à un élément (terre, eau, feu ou vent associés aux divinités Vénus, Mercure, Mars et Jupiter), et à chaque élément correspond un clan de personnages nommés « Mystiques », qui désignent les personnes capables d’user de psyénergies, ainsi qu’un phare qui sert de catalyseur de puissance: une fois allumé, le pouvoir alchimique de l’élément se trouve décupler. Ainsi, les quatre phares allumés déclencheraient la libération d’un pouvoir extrêmement puissant, qui entre de mauvaises mains plongeraient le monde dans le chaos. Tel est le but de Salamandar et Phoenixia, deux mystiques de Mars aux viles intentions, qui pour s’emparer de cette puissance, dérobent les étoiles élémentaires. Ainsi débute la quête de nos deux héros.

GAMEPLAY ET MÉCANIQUES DE JEU
On retrouve les mécaniques classiques du RPG-aventure avec un groupe de héros qui va de village en village en réalisant des quêtes intermédiaires, en tuant des monstres pour level-up, les caractéristiques et les items s’améliorant au fur et à mesure de la prise de niveaux. Des donjons pour marquer les étapes principales de l’aventure, une difficulté crescendo, des améliorations possibles en fouinant un peu partout. Bref, le soft s’inscrit dans une lignée traditionnelle en respectant les éléments de base du RPG.
Toutefois, la mise en scène a été extrêmement soignée. Le déroulement et les ficelles du jeu ont été axés autour de l’histoire de l’Alchimie ainsi que d’événements ayant lieu au début du jeu qui ne seront pas spoilés ici. Ainsi, une grande importance a été attachée au dialogue, qui sont très présents tout au long du jeu. À tel point que ça en agacera sûrement certains, mais cela permet d’ordonner le récit de manière très structurée et plaisante; de plus le joueur (qui incarne plus précisément le protagoniste central Vlad, mais contrôle tous les personnages du groupe) intervient pour répondre aux questions posées par d’autres personnages, même si ses choix n’ont aucun effet. En effet, lors de dialogues, des PNJ vous poseront des questions auxquelles vous aurez la possibilité de répondre par « Oui » ou « Non ». Le choix n’a aucune incidence sur la suite du jeu, mais cela donne une illusion de participation et ainsi favorise l’immersion dans l’histoire.

Pour le système de combat, je vous propose une vidéo. Je laisse celle là pour le moment, même si elle a coupé à la fin, dites moi ce que vous en pensez et si vous trouvez que je ne suis pas trop mauvais je la referai en entière. (et en essayant de limiter les « euuuuh » en fin de phrase et les « donc » à tout bout de champ)

 

GRAPHISMES
Propres, colorés et soignés, les graphismes du jeu sans transcender les capacités de la console apportent un confort visuel irréprochable. Les personnages, les villages, les animations, les fenêtres de dialogue et d’inventaire sont agréables à l’œil et mélangent à juste dose les teintes colorés pour nous fournir des terrains clairs, qui retranscrivent plutôt bien les divers milieux de l’univers médiéval-fantastique parcouru. L’ambiance est là, et on a réellement l’impression que les dévs se sont donnés du mal pour nous permettre de nous déplacer à travers des paysages proches de la réalité au niveau des palettes de couleur et des reliefs.

Mention spéciale aux animations des combats qui en mettent littéralement plein la vue: véritables explosions d’effets et de couleurs, l’utilisation de pouvoirs nous laisse découvrir à chaque utilisation un florilège de pastilles colorées accompagné d’effets visuels dont on pourrait presque sentir les palpitations et les vibrations. On a parfois la sensation de sentir la console vibrer au rythme des tremblements de l’écran tant la manière d’exposer la puissance des attaques est bien réalisée. Seul bémol diront certains, cela cause à de très rares occasions des légers ralentissements, mais ces derniers collent plutôt bien avec les animations, si bien qu’on dirait presque qu’ils sont faits exprès.

 
BANDE SON ET EFFETS SONORES:
Pas énormément de choses à énoncer sur ce point. Les musiques ont été judicieusement composées et se laissent écouter sans problème; on joue volontiers avec le son pour profiter des compositions dont les notes accompagnent l’épopée avec une justesse remarquable. Entraînantes et appropriées aux situations rencontrées tout au fil du jeu, les partitions allant de la musique épique jusqu’à la musique lyrique tiennent une place importante dans la qualité du jeu et donnent au soft une dimension qui peut aller parfois jusqu’à émouvoir le joueur. Là encore on se rend compte ô combien la réalisation de l’histoire a été soignée. Les musiques sont belles et appropriées, le compositeur a bien tenu son rôle.
À côté de ceci on a des bruitages et des sons tout à fait corrects. Rien de spécial à dire dessus, aussi bien positivement que négativement.

 
EN BREF:
Golden Sun offre au joueur une expérience ludique saisissante et jouissive. Réussi sur tous les points, le jeu dispose d’un excellent système de combat et d’un scénario réglé comme une horloge. On sent l’application qu’a mis le studio de développement, ce qui nous donne un soft d’excellente qualité. Avec ses jolis graphismes, sa bande-son réussie, son scénario parfaitement maîtrisé et un gameplay très efficace, les innovations apportées par les mécanismes de combat et scénaristiques percent à travers les touches classiques utilisées pour le réaliser. On a donc un excellent jeu avec une trame parfaitement ficelée et un plaisir de jeu constant tout au long de la quête de Vlad et ses compagnons qui s’achève sur une envie infernale de se jeter sur le deuxième opus. Avis aux amateurs de RPG!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s