SNK NeoGeo CD

C’est en 1990 que la société japonais SNK (Shin Nihon Kikaku) sortira sur le marché mondiale le successeur de ses systèmes d’arcade Psycho Soldier, Ikari Warriors et 68K Based. Le systeme NeoGeo MVS (pour Multi Video System) verra donc le jour avec la particularité de proposer un tandem carte-mère/cartouche interchangeable comme le font les consoles de jeux vidéos. De plus, le MVS sera décliné en plusieurs itérations allant de la possibilité de brancher un jeu unique à celle d’en proposer jusqu’à six sur la même carte-mère (en passant par deux et quatre également pour un total de 8 slots disponibles avec les versions mono/stéréo).


Carte mère Neo Geo MVS MV-2F

Le système est, bien-entendu, destiné aux exploitants de salles d’arcade mais, SNK aura la très bonne idée de vendre en parallèle une version consolisée de son MVS: l’AES (pour Advanced Entertainment System). L’avantage de cet AES, c’est qu’aucune différence technique n’existe avec le MVS. C’est donc l’arcade à la maison que le fabriquant propose ! La seule différence entre les deux se trouve dans le format des cartouches qui à été pensé différemment pour faire exister une incompatibilité entre les deux systèmes et permettre de vendre plus chère les cartouches des exploitants qui en tirent profit la ou les particuliers ne s’en servent que pour jouer.


NeoGeo AES

Le système AES sera très vite considéré comme très haut de gamme et sera à la console ce que la Rolls est à l’automobile. Et qui dit haut de gamme dit aussi financièrement chère ! En effet, la machine sortira au prix de 58.000 Yens (soit environ 440€ de l’époque) sans jeu et, ces derniers seront vendus entre 1000 et 2000 francs de l’époque à cause de la capacité mémoire qu’ils contiennent (certaines pouvaient contenir jusqu’à un peu plus de 85Mo de données là où la Super Nintendo et la Megadrive proposaient respectivement 9Mo et 8Mo…). Les écrans titres au boot des jeux annoncent fièrement cette capacité de stockage avec les fameux « THE 100MEGA SHOCK! », « MAX 330 MEGA PRO-GEAR SPEC » et « GIGA POWER PRO-GEAR SPEC » (attention, les valeurs sont annoncées en bits et non en octets; il faut donc diviser le chiffre par 8 pour connaitre la valeur en Mo).


NeoGeo AES

Pour permettre d’étendre ses ventes à autre chose qu’un marché de niche destiné aux joueurs fortunés ou passionnés d’arcade, SNK lancera en 1994 la NeoGeo CD, reprenant les caractéristiques techniques de l’AES/MVS avec un lecteur CD-ROM en lieu et place du support cartouche originel. Ce lecteur CD sera à la fois le principale atout de la machine mais aussi son plus gros défaut…


1- Données techniques :

Tout comme son aînée, dont elle reprend l’architecture interne, la NeoGeo CD est une console 16bits basée sur un trio de processeurs Motorola-68000, Zilog-Z80 et Yamaha-YM2610. Jusqu’ici, le chipset est parfaitement identique à celui de la Megadrive/Genesis de Sega, une 16bits également (bien que la puce Yamaha soit d’une generation plus récente). La différence entre les deux machines se jouera donc au niveau de plusieurs points :


– Le VDP (processeur vidéo) qui est de conception différente de celui de la console de Sega et qui permet l’affichage de 4096 couleurs simultanées parmi 65.536 là où la Megadrive ne peut en afficher que 64 parmi 512 possibles… La mémoire vidéo associée au VDP de la NeoGeo CD est également bien supérieure avec 512Ko contre seulement 64Ko pour la Megadrive. Ce duo VDP/RAM permet d’afficher 380 sprites simultanément sur 3 plans contre à peine 80 pour la machine de Sega (sur 3 plans également). La résolution d’affichage reste cependant parfaitement identique pour les deux systèmes avec du 320×224.


– La cadence du processeurs central est aussi bien plus élevée sur la machine d’SNK avec un 68000 donné à 12Mhz contre 7,67Mhz pour la Megadrive.


– La gestion du transfert des données entre la RAM et le processeur se fait sur des bus plus rapides.


– Une mémoire RAM de 7Mo contre seulement 64Ko chez Sega…


La console, dans ses deux premières itérations, est dotée d’un lecteur CD-ROM simple vitesse pour un taux de transfert de 150Ko/s. La NeoGeo CD Z optera pour un double vitesse (300Ko/s) pour des temps de chargements un peu moins élevés.


Vidéo comparative des temps de chargements

Un comparatif des chargements sur les King Of Fighters montre de très importants laps de temps au boot et entre chaque round (le premier étant le plus long, les suivants ayant un peu moins à charger).


À gauche NeoGeo CD à droite CD-Z

Du coté des sorties vidéo, les trois modèles possèdent tous les 3 types de connecteur majeurs, à savoir : le composite (bas de gamme), le s-vidéo (moyen de gamme) et le péritel RGB (haut de gamme). Le câble péritel est le même que celui de l’AES (sur embase mini DIN) et donc, parfaitement compatible.


Les connecteurs vidéo de la NeoGeo CD

3- Période de production :

Le modèle « Front Loading » :

La première NeoGeo CD sortira en septembre 1994 (soit 2 mois avant la Saturn de Sega et 4 mois avant la Playstation de Sony). Cette première version sera surnommée « Front Loading » en rapport au lecteur CD-ROM (simple vitesse) à chargement frontal (tiroir) qu’elle utilise. La machine est imposante et ressemble beaucoup au modèle FZ-1 de la 3DO sortie par Panasonic un an plus tôt (mai 1993).


NeoGeo CD Front Loading

Le modèle « Top Loading » :

La « Front Loading » sera très vite remplacée (en décembre 1994) par le modèle « Top Loading » qui reprendra les mêmes caractéristiques techniques que le premier modèle (donc également doté d’un lecteur CD-ROM simple vitesse) avec cette fois-ci, comme son nom l’indique, un chargement sur le dessus permettant de faire baisser le coût de fabrication en supprimant la mécanique du tiroir du lecteur. Le design sera revu en conséquence avec des proportions plus faibles pour un encombrement réduit. La « Top Loading » bénéficiera aussi d’une exportation vers l’Amérique du Nord et l’Europe, la console européenne étant une simple version modifiée 50Hz de la version US.


NeoGeo CD Top Loading

Le modèle « Z » :

L’ultime modification de la NeoGeo CD sortira en décembre 1995 (soit un an après le modèle « Top Loading ») uniquement au Japon. Elle sera nommée NeoGeo CD Z (le Z signifiant Zenkai que l’on pourrait visiblement traduire par « pleine puissance »). Cette nouvelle version est équipée d’un lecteur CD-ROM double vitesse (300Ko/s contre 150Ko/s avant) permettant de diminuer drastiquement les temps de chargements. Une fois de plus, le design sera revu et les proportions réduites pour un encombrement encore plus faible.


NeoGeo CD Z

La console (qu’importe le modèle) est livrée avec un pad classique. Cette manette tranche littéralement avec le stick habituellement livré pour les modèles AES afin de se rapprocher des sensations de l’arcade. Il offre une prise en main particulièrement intéressante et les commandes sont disposées à la manière d’une manette Super Nintendo (le carré de 4 boutons). Les directions sont gérées par un hybride stick/croix qui offre un petit insert parabolique pour positionner proprement le pouce et faciliter les enchaînements. La manette est précise grâce à l’utilisation de microswitchs (comme les boutons des bornes d’arcade) mais, en contre-partie, peu fiable dans le temps en raison de l’usure de ces derniers (enfin, tout dépend de l’utilisation que vous en faites…).


Pad NeoGeo CD

Sachez aussi que le stick arcade de l’AES est parfaitement compatible avec la NeoGeo CD. Il offre vraiment les sensations d’une borne et est beaucoup plus intéressant pour pratiquer les jeux Vs Fighting (prédominants sur le support, ceci dit au passage…)


Stick NeoGeo AES

L’alternative viable entre les deux précédents modèles se trouve sous la coupe du NeoGeo Controller Pro (le stick cacahuète comme il sera surnommé en raison de sa forme). Ce stick est, bien-entendu compatible avec l’AES et la NeoGeo CD et offre une prise en main intéressante.


NeoGeo Controller Pro

La NeoGeo CD cessera d’être produite en 1997 (date à laquelle les cartouches « Giga Power » commenceront à être produites), soit deux ans après la sortie de la version Z de la console mais les jeux continueront à sortir jusqu’à la fin de l’année 1999 (juste avant le rachat de SNK par Aruze qui conduira la société à la faillite en 2001).


4- Les jeux :

Exclusifs, absents, portés et amputés telles sont les caractéristiques qui pourraient qualifier la ludothèque de la NeoGeo CD. Moins de 100 jeux (97 pour être précis) seront sortis sur la machine durant sa période de production (les derniers jeux référencés sont Last Blade 2 en février 1999 et King Of Fighters 99 en décembre 1999).


Les grands noms :


Art Of Fighting 3


Baseball Stars 2


Double Dragon


Fatal Fury Special


Last Resort


Magical Drop 2


Metal Slug


Mutation Nation


Neo DriftOut


Ninja Commando


Ninja Master’s


Pulstar


Puzzle Bobble


Real Bout Fatal Fury Special


Robo Army


Samurai Shodown IV


Sengoku 2


Sonic Wings 2


Super SideKicks 3


The King Of Fighters 98


The Last Blade 2


Viewpoint


Windjammers


World Heroes Perfect

Les exclusifs au support CD :

Seulement une petite poignée de jeux 100% exclusifs à la NeoGeo CD (c’est à dire, non disponibles sur AES et sur MVS) verront le jour.


Brikinger / Ironclade


Crossed Sword II


Final Romance II


Samurai Spirit RPG


Zintrick

Les conversions amputées :

Certains jeux se sont vus retravaillés pour pouvoir être portés sur la NeoGeo CD. Les jeux jusqu’au fameux « MAX 330 MEGA PRO-GEAR SPEC » sont tous des conversions fidèles et généralement totalement intègres. Passé cette capacité de stockage, des différences commencent à se faire sentir pour les jeux nécessitant beaucoup de contenu à mettre en mémoire. Ce sont en majorité les digits, les éléments de décors, les backgrounds animés et les frames d’animations des personnages qui seront le plus taillés dans la masse. Certains jeux, comme Art Of Fighting 3 ou encore The Last Blade 2, en feront le plus les frais avec des versions portées très différentes des versions originales sur cartouche et des différences très visibles notamment sur la taille des sprites, plus petits et moins détaillés.

Liste non exhaustive des jeux ayant été tronqués pour fonctionner sur NeoGeo CD :

Art Of Fighting 3 (décors, sprites), Fatal Fury Special (digits), King Of Fighters 98 & 99 (frames d’animations), Last Blade (frames d’animations, rendu des coups spéciaux), Last Blade 2 (animations des écrans titres, animations des décors, animations des personnages, rendu des coups spéciaux, rendu graphique générale, digits manquants,…), Ninja Master’s (frames d’animations, réduction des décors et sprites, animations des finish), Real Bout Fatal Fury 1, 2 & Special (décors et animations des fonds, digits, animation des menus), Samurai Shodown 4 (digits, animations des décors, frames).


À gauche CD à droite AES

Les grands absents de l’AES/MVS :

Le drame de la NeoGeo CD se trouve ici ! Plus de 60 jeux non portés des systèmes cartouches. Que ce soit pour des raisons techniques (pas assez de RAM), pour des sorties postérieures à l’abandon du support de la machine (début 2000) ou bien pour raisons économiques, ces jeux ne seront jamais disponibles pour les possesseurs de la NeoGeo CD. Comme pour l’AES et ses fameux converts des jeux MVS non disponibles pour la console de salon, la CD aura son lot de bidouillages plus ou moins réussi (dont nous ne parleront pas ici, mais sachez que cela existe) avec surtout des bugs sonores plus ou moins prononcés…

Ces absents sont :

– Andro Dunos
– Bang Bead
– Blazing Star
– Breakers Revenge
– Bust-A-Move Again « EX » / Puzzle Bobble 2
– Captain Tomaday
– Chibi Marukochan Deluxe Quiz
– Eight Man
– Fight Fever
– Flip Shot
– Ganryu / Musashi Ganryuki
– Garou: Mark of the Wolves
– Goal! Goal! Goal!
– Gururin
– Irritating Maze, The / Ultra Denryuu Iararabou
– King of Fighters 2000
– King of Fighters 2001
– King of Fighters 2002
– King of Fighters 2003
– King of the Monsters
– Legend of Success Joe / Ashita no Joe Densetsu
– Magical Drop 3
– Mahjong Bakatonosama Manyuki
– Mahjong Minnasano Okagesamadesu
– Matrimelee / Shin Goketsuji Ichizoku
– Metal Slug X
– Metal Slug 3
– Metal Slug 4
– Metal Slug 5
– Money Puzzle Exchanger / Money Idol Exchanger
– Neo Bomberman
– Neo Geo Cup ’98
– Neo Mr. Do!
– Nightmare in the Dark
– Panic Bomber
– Pochi & Nyaa
– Prehistoric Isle 2
– Puzzle de Pon!
– Puzzle de Pon! R
– Quiz Daisousa Sen
– Quiz Meitantei Neo & Geo
– Rage of the Dragons
– Samurai Shodown 5 / Samurai Spirits Zero
– Samurai Shodown 5 Special / Samurai Spirits Zero Special
– Sengoku 3 / Sengoku Legends 2001
– Shock Troopers
– Shock Troopers 2nd Squad
– Spinmaster / Miracle Adventure
– Stakes Winner 2
– Strikers 1945 Plus
– Super Dodge Ball / Nekketsu Toukyu Densetsu
– Super Sidekicks 4: The Ultimate 11
– SVC Chaos: SNK vs. Capcom
– Tecmo World Soccer ’96
– Waku Waku 7
– Zed Blade / Operation Ragnarok
– Zupapa


4- Héritage :

Parler d’héritage s’avère ici très empirique… En effet, même si quelques production homebrew ont vu le jour sur la machine, la NeoGeo CD ne connaîtra pas de sorties officielles après 2000 comme cela fut le cas pour l’AES par le biais de la société Playmore qui, fournira des jeux sur ce support jusqu’en octobre 2004 (le dernier étant Samurai Spirits Zero Special).

Les compilations :

L’héritage se veut aussi partagé avec l’AES (en raison du faible nombre d’exclusivités NeoGeo CD) et se fera majoritairement par le biais de sorties de compilations sur les consoles PSP, Playstation 2 et Wii avec, entre autre, le SNK Arcade Classics Vol1 compilant 16 jeux NeoGeo, le Samurai Shodown Anthology, le The King of Fighters Collection: The Orochi Saga et le Metal Slug Anthology. La Wii accueillera également, par l’intermédiaire de sa console virtuelle, pas moins de 54 jeux de la NeoGeo, dont une des exclusivités de la version CD : Ironclade.


SNK Arcade Classics Vol1

La NeoGeo X (+ Gold) :

La NeoGeo X sortie sous licence SNK Playmore par la société Tommo est une console portable basée sur un émulateur Linux. Elle permet de faire tourner les jeux NeoGeo de trois façons :

– Par le biais des 20 jeux pré-installés dans la machine.
– Par le biais de cartes SD d’extensions comprenant un jeu.
– Par le biais du piratge vu que l’émulateur utilisé n’est autre que le fameux FBAlpha et que la totalité des ROMs NeoGeo sont disponibles sur le net.


NeoGeo X

Un pack Gold sera également produit comprenant une valise de rangement à la forme de l’AES et un stick arcade reproduit pour l’occasion se branchant sur la portable (elle même reliée à la télé) et transformant ainsi le tout en un fake NeoGeo AES.


NeoGeo X Gold

Cette machine, qu’importe son packaging (X ou X Gold) sera très mal accueillie par les fans de la marque et Playmore tentera de la faire retirer de la vente, ce que Tommo refusera et défendra judiciairement.


Packaging d’un jeu NeoGeo X

La Sega Saturn :

Durant la période de production et de commercialisation de la NeoGeo CD, SNK effectuera des portage de ses titres sur la Saturn de Sega qui possède des caractéristiques de portages facilitées en raison d’une architecture hérité de la Megadrive (donc par extension, un chipset proche de celui de la NeoGeo) et possédant l’argument majeur de pouvoir étendre la RAM grâce à l’utilisation de cartouches d’extensions allant jusqu’à 4Mo (donc 6Mo en tout avec la RAM principale de 2Mo de la Saturn, soit très proche des 7Mo natifs de la NeoGeo même si ce n’est que la cartouche d’1Mo qui sera utilisée par SNK). Associés à la capacité de la machine en terme de transferts de données, les jeux portés sur Saturn ne posséderont pas le point noire que sont les temps de chargement extrêmement longs de la NeoGeo CD.

Ce sont donc une quinzaine de jeux qui furent adaptés avec des conversion quasis parfaites des hits d’arcade comme la série The King Of Fighters (avec les opus 95, 96 et 97), les Samurai Shodown (3 et 4 et RPG), les Fatal Fury (3, Real Bout et Real Bout Special), World Heroes Perfect, Waku Waku 7, Metal Slug, Karnov’s Revenge, Galaxy Fight, Magical Drop II & III ou encore Twinkle Star Sprites.


Samurai Shodown III Saturn

5- Conclusion :

La NeoGeo CD aura tout de même marqué son temps malgré des ventes confidentielles et une ludothèque réduite de presque moitié par rapport à la version cartouche de la console. L’absence de certains titres est tout de même à relativiser car, les plus grosses licences comme The King Of Fighters (jusqu’au 99), Fatal Fury (en comptant les Real Bout) et Samurai Shodown (jusqu’au 4) seront toutes présentes et à des prix bien plus attractifs que leurs homologues AES.

Une sortie malheureusement trop tardive de la troisième itération de la machine, bien mieux conçue, mettra SNK relativement en péril et privera la société d’une implantation plus importante de son parc de consoles CD. Sortie en décembre 1995, cette dernière ne prévoira pas le fait que les futurs jeux du système AES/MVS seront très gourmands en RAM (puisqu’ils en intégreront directement sur leurs PCB en surplus de celle du système hôte) et privera, par la même occasion, les propriétaires de NeoGeo CD d’un très grand nombre de portages impossibles à réaliser. Certains seront tout de même tentés au détriment de l’intégrité des jeux qui se verront amputés d’éléments graphiques et sonores.

On pourra toujours regretter que SNK n’eut pas choisi de sortir une nouvelle machine au moment de l’obsolescence de la NeoGeo CD Z en 1997. Pourtant la solution pour faire perdurer le support était sous leurs yeux depuis plus d’un an avec la Saturn de Sega sur laquelle ils réussirent à sortir des jeux en duo avec une cartouche d’extension de RAM. Les jeux auraient pu continuer à sortir à la cadence de ceux des systèmes AES et MVS et les utilisateurs n’auraient pas eu à se priver ou à se contenter de jeux amputés… Mais visiblement les yeux de chez SNK étaient plus tournés vers la relève que sera l’HyperNeoGeo 64, plus adapté au marché actuel de l’arcade et capable de faire tourner des jeux en 3D, que vers une version une fois de plus améliorée d’une machine déjà dépassée techniquement par les 32 bits du marché…


Aujourd’hui, une NeoGeo CD se négocie sur internet aux alentours de 230€ (hors frais de ports) pour un modèle « top-loading » en loose (câbles + manette). Comptez environ 400€ pour une version en boite et 500€ pour un pack double manette en boite. Beaucoup de bons jeux sont trouvables complets entre 10 et 20€, ce qui en fait une bonne alternative face aux prix d’une AES (trouvable aux alentours de 260€ hors ports en loose avec câbles + stick) et de ses jeux aux tarifs prohibitifs…

À la vue du grand nombre de portages de jeux disponibles de la ludothèque NeoGeo sur les consoles de générations suivantes (Saturn, PSP, PS2 et Wii + Wii Virtual Console), on est en droit de se poser la question de l’intérêt à posséder la machine originale… Sachez que les consoles NeoGeo (quelles soient AES ou CD) continuent, plus de 10 ans après l’abandon du support, à fasciner les puristes du genre. La niche commerciale que ces machines exploitaient à l’époque reste encore et toujours d’actualité tendant à faire penser que ce sont des machines destinées à ceux qui les portent vraiment en intérêt. Comprenez donc par là que si votre but est simplement de jouer au jeux de la machine, des solutions alternatives et bien moins onéreuses existent. Par contre, si vous désirez acquérir une partie du patrimoine de rêve du jeux-vidéo, le modèle AES vous est vivement recommandé. La NeoGeo CD, quand à elle, se positionne tout pile entre ces deux mondes et se destine donc à ceux qui souhaitent tout simplement profiter d’une machine SNK originale, le prix des jeux en moins !


DarkPengoo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s