Imperium / Kidou Soukou Dion – Nintendo SNES

no-pics no-pics

Nom : Imperium / Kidou Soukou Dion
Genre : Shmup
Plateforme : Super Nintendo
Développeur : Vic Tokai

no-pics no-pics
no-pics no-pics

Date de sortie originelle : décembre 1992
Éditeur (Région) : Vic Tokay (US, Jap)
Autres plateformes :

Kidou Soukou Dion (Imperium aux États-Unis doté de quelques changements graphiques mineurs) est un shoot-them-up de fin 1992 sur Super Nintendo édité et développé par Vic Tokai (Whip Rush, Battle Mania 1&2,…) et issu de l’univers Mobile-Suit-Gundam.

La série des Gundam se positionne dans un univers ou la chronologie possède une place très importante et ou des repères temporels ont été établis pour situer les épisodes. La timeline principale se nomme l’Universal Century (U.C.). Elle est basée, selon l’histoire de la saga Gundam, sur l’élaboration de la première colonie spatiale (correspondant donc à l’an UC0001) en l’an 2045 de notre ère (qualifiée de A.D. pour Anno Domini soit « en l’Année du Seigneur »). Le scénario de Kidou Soukou Dion prend donc place en l’année AD2027 soit 18 ans avant le largage de la première colonie spatiale au point Lagrange.

Le placement temporel du jeu ainsi que l’absence de moyen de défense mécanisé des forces armées terrestres à ce moment la place Kidou Soukou Dion dans la genèse directe de Mobil-Suit-Gundam puisque les méchas n’existent pas encore. On pourrait alors, sans trop de craintes, imaginer que le Dion issu de cette alliance Zektron(rébelion)/Terre(résistance) soit en fait le point de départ officieux de la série.

Sur une planète lointaine du nom de Zektron, où la vie a disparu il y a un millénaire, perdure une civilisation peuplée par une société martial de robots ultra high-tech et une classe de créatures mécanisées esclaves dont la destinée est de servir leurs maîtres.

En l’an AD2027, l’armée de Zektron décide d’envahir la Terre et d’anéantir l’humanité toute entière. Alors que de nombreuses villes sont occupées et que les populations sont décimées par les forces de Zektron, un mouvement clandestin de certains des meilleurs esprits dissidents parmi les robots a développé une armure appelée Dion qui peut ouvrir la voie à la victoire sur leurs maîtres, cependant, seul un humain peut porter et piloter cette armure…

Votre but, libérer la Terre de son occupation grâce au Dion et, en retour, libérer la planète Zektron de ses maîtres esclavagistes pour que le peuple asservi puisse enfin vivre en paix…

Le décor étant désormais planté, passons maintenant au jeu en lui même !!! Nous sommes ici en présence d’un shoot vertical et, la progression de l’aventure se fait au travers de 6 niveaux débutant sur terre pour finir sur la forteresse spatiale de l’armée de Zektron. L’écran titre vous propose, soit de démarrer le jeu directement, soit d’aller dans le menu d’options. Ce dernier propose les très habituelles possibilités de choisir le niveau de jeu (facile, moyen et difficile) et d’assignation des fonctions de la manette.

Le jeu utilise 4 boutons : un pour le tir(Y), un pour le changement de votre arme(B), un pour jauger la vitesse de votre mécha(X) et un pour déclencher les bombes(A). Libre à vous, donc, de redéfinir ce placement par défaut sachant que vous ne pouvez pas affecter les gâchettes L & R du pad, ce qui est vraiment dommage..

Choses intéressantes, le jeu ne possède pas de niveau de scoring ni de vies. Les ennemis abattus vous rapportent des points d’expérience qui à certains niveaux vous débloque de l’armement supplémentaire. 4 armes sont disponibles, toutes avec 3 niveaux de puissance de feu. Si vous vous faites toucher, votre barre d’énergie vitale ainsi que votre expérience baissent. Si cette dernière descend en dessous du seuil d’acquisition de l’arme en cours d’utilisation, celle ci devient inutilisable et vous devrez à nouveau augmenter l’expérience pour pouvoir la réutiliser. Si votre barre de santé est à zéro, la partie est perdue et vous devrez utiliser un continue pour reprendre votre progression.

l’innovation du gameplay se fait négativement sentir au niveau de la durée de vie. Pas de scores implique évidement pas de course au hight-score… Cela enlève donc une partie importante de l’intérêt des shoots à perdurer dans le temps. L’absence de tableau de classement d’expérience n’aide pas non plus à offrir une alternative au problème… Malgré tout, venir à bout des 3 modes de difficultés ne sera pas très aisé mais, une fois fini le jeu n’aura pas forcément vocation à faire revenir le joueur occasionnellement pour une partie de scoring.

En conclusion, Kidou Soukou Dion (ou Imperium) est un bon shoot sur Super Famicom. Une durée de vie trop faiblarde lui plombe malheureusement tout son intérêt, ce qui est vraiment dommage car le soft bénéficie d’une bonne réalisation technique (perfectible au niveau graphique) offrant un jeu fluide et sans ralentissements (malgré l’imposante taille de certains sprites et le nombres d’ennemis affichés simultanément à l’écran) avec un gameplay bien pensé et une bande son vraiment dans le thème… Néanmoins, le jeu reste très intéressant à pratiquer et offre un bon petit challenge dans un univers charismatique auquel il serait dommage de ne pas s’abandonner au moins une fois !!! La version japonaise offre la particularité de posséder ses écrans-texte en anglais mais aussi d’être plus accessible financièrement qu’une version US !!!

DarkPengoo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s